Des salles sensorielles en psychiatrie

FacebookTwitterLinkedInEmail

Au Danemark, une étude pilote pointe l’intérêt de chambres d’apaisement avec un équipement sensoriel dans la réduction de la coercition.

Entre 2014 et 2019, le Danemark est parvenu à réduire de moitié les contentions en psychiatrie avec un taux passant de 6,8 % des hospitalisations à 3,6 % (1). Parmi différentes stratégies, des salles sensorielles Wavecare ont été déployées dans les hôpitaux. Une étude pilote (2) a recueilli les avis de huit professionnels exerçant en psychiatrie (infirmières et ergothérapeutes notamment) et montré que ces espaces offrent de nouvelles opportunités pour les soins et les traitements des patients.

Très simple d’utilisation pour les soignants (une simple pression du doigt suffit à activer un thème combinant scène de nature, ambiance musicale et visuelle), le dispositif permet de transformer une pièce anonyme en un lieu accueillant et chaleureux, avec des programmes sur-mesure et adaptables. Des objets (couette à balles, sièges de massage…) peuvent y être installés. Le but est de renforcer la capacité des patients à réduire leur stress et leur anxiété, en se concentrant sur les ambiances diffusées. S’appuyant sur des études conduites avec des patients souffrant de schizophrénie, stress post-traumatique et autres symptômes, Wavecare a conçu des thématiques de relaxation impliquant différents niveaux de stimuli et d’éveil. L’entreprise a perfectionné ces outils en échangeant régulièrement avec les soignants mais aussi avec les usagers. D’après l’étude pilote (2), ces salles ont plusieurs fonctions :

– utilisées de façon systématisée, elles permettent de proposer aux patients d’apprendre à gérer leurs émotions et à développer des stratégies de gestion du stress ;
– libres d’accès, elles constituent un espace alternatif à la chambre, pour se reposer ;
– de façon préventive, elles peuvent être utilisées pour installer le patient agité dans un lieu calme, afin d’engager une désescalade de l’anxiété et du stress et de réduire la consommation de médicaments.

Les soignants constatent également que ces chambres facilitent l’échange et favorisent l’alliance thérapeutique. Si cette étude ne fournit pas de preuves scientifiques de l’efficacité de ces lieux, ses résultats positifs incitent à poursuivre expérimentation et recherche.

1– Chiffres de l’Autorité danoise de la santé et des médicaments. 2– Salle sensorielle Wavecare dans le domaine psychiatrique, région du sud de Danemark, département de psychiatrie Odense University Hospital, I. Borch, 2018, trad. J.L. Marcellin, 2021.