La Kafét-participActive, une microentreprise gérée par les patients

FacebookTwitterLinkedInEmail

A l'hôpital de jour du Lamentin, le succès d'une cafétaria participative voudrait se prolonger hors-les murs avec la création d'une « Kafét-truck »

Depuis quelques années, l’Hôpital de jour du Lamentin (CH Maurice-Despinoy, Martinique) propose aux patients (sur prescription) un atelier tourné vers une activité professionnelle. La Kafét-participActive, gérée et animée par des usagers, propose en effet un service de restauration rapide (vente de boissons chaudes et don de pâtisseries) à l’intérieur de l’établissement. Dans la perspective du rétablissement, elle constitue pour les usagers une sorte de « laboratoire » pour expérimenter le monde du travail dans ces différentes configurations. Adossée à l’association Tombolo, créée par les soignants pour permettre la gestion financière de cette activité, cette « microentreprise » est un formidable outil d’entraînement aux habiletés psychosociales, qui permet notamment un travail sur les troubles cognitifs et l’estime de soi. Pour certains patients, elle peut être un véritable tremplin pour l’emploi.
Pour « faire tourner la boutique », cinq activités ont été identifiées avec les usagers, nécessitant différentes compétences et savoir-faire : les achats (gestion d’un stock), la préparation des boissons, la gestion de la salle (ce qui inclut des normes d’hygiène), la gestion de la caisse, le rapport à la clientèle. En fonction de ses objectifs, chaque usager définit son projet d’apprentissage personnalisé avec un infirmier référent, qui l’aide à développer ses savoirs professionnels, à approfondir ses connaissances, à s’entraîner à la réflexion et à l’analyse de son travail, à mesurer sa progression. Il s’engage pour une durée déterminée. Autre particularité, chaque nouvelle recrue est accueillie par un
usager-coach, et devra par suite offrir son soutien aux suivants.
Dans la perspective d’une plus grande autonomie et insertion, l’équipe travaille actuellement avec les patients à « sortir » cette Kafét de l’institution et à la rendre mobile grâce à un triporteur : il s’agit de créer une Kafét-truck (sur le modèle des « food-truck », ces camions-restaurants équipés de cuisine). Le véhicule bénéficiera d’un habillage visible et sillonnera les communes pour proposer pauses-café, débats, rencontres et être présent sur les marchés, lors de manifestations diverses. Le budget est estimé à 22 000 euros pour l’achat et l’équipement du triporteur.