N° 238 - Mai 2019

Que fait-on de la plainte somatique en psychiatrie ?

Auteur(s) : Didier BOURGEOIS, Praticien hospitalierNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

La plainte somatique reste insuffisamment considérée en psychiatrie. Si elle peut renseigner sur le trouble psychique et être alors envisagée comme le médiateur de la rencontre soignant soigné, elle évoque également des pathologies somatiques. Le soignant doit donc rester à l’écoute de l’expression du patient.

La plainte somatique est un élément clef de la clinique en psychiatrie, mais pas toujours prise en considération. Sa nature est fonction de l’histoire médicale, intime et sociale du sujet, de sa culture, de son statut sociobiologique, de la relation de sujet souffrant à son soignant. Elle est à reconnaître et à intégrer pleinement dans la relation soignant soigné.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro