N° 256 - Mars 2021

Pourquoi la répétition du geste suicidaire

Auteur(s) : Marguerite CHARAZAC-BRUNEL, psychologue et psychanalysteNbre de pages : 5

La prise en charge psychothérapique des patients ayant déjà fait plusieurs tentatives de suicide est très éprouvante. Obsédés par le désir ou le geste suicidaire, ils sont entraînés psychiquement dans une profondeur abyssale. Repères cliniques.

Lire la suite

5,00 €
N° 254 - Janvier 2021

Gérer par les émotions

Auteur(s) : Philippe REY-BELLET, directeur médical, Raymond PANCHAUD, directeur des soins ; Fondation de NantNbre de pages : 6

Les impératifs de gestion contemporaine des soins doivent inclure les mouvements psychiques et émotionnels des patients et des équipes. Dans ce contexte, le fonctionnement institutionnel doit favoriser les interactions entre clinique et théorie et entre dispositif de soin et management.

Lire la suite

5,00 €
N° 253 - Décembre 2020

Ce que les TCC nous apprennent sur le délire

Auteur(s) : Jérôme FAVROD et Laurent FROBERT, infirmiers, Alexandra NGUYEN, infirmière et docteure en sciences de l'éducation, et Charles BONSACK, psychiatreNbre de pages : 6

Les thérapies cognitives et comportementales des symptômes psychotiques (TCCp) travaillent directement sur les croyances délirantes, en les remettant en question ainsi que les preuves qui les sous-tendent.

Lire la suite

5,00 €
Hors-série - Août 2020

Travail infirmier en psychiatrie : que reste-t-il de la clinique ?

Auteur(s) : Frédéric MOUGEOT, sociologueNbre de pages : 5

À l’hôpital, pour concilier leur engagement clinique avec la pression gestionnaire, les infirmières « rusent ». Mais elles finissent souvent par perdre le sens de leur travail, ce qui les conduit à une souffrance. Lorsque l’usure émerge, elle doit être entendue comme un fait individuel mais surtout collectif.

Lire la suite

5,00 €
N° 243 - Décembre 2019

Le positionnement collectif face au paranoïaque

Auteur(s) : Laurent LAYET, PsychiatreNbre de pages : 5

Comprendre les rouages de la pensée du sujet paranoïaque permet d’éviter de s’enliser dans un face-à-face stérile. Ainsi, vouloir « prouver » au patient qu’il délire en le confrontant à la réalité est aussi improductif que dangereux pour la relation de soin.

Lire la suite

5,00 €