Pérenniser le dispositif des Maisons des ados

FacebookTwitterLinkedInEmail

Environ 100 Maisons des adolescents (MDA) ont été créées depuis janvier 2005, date de mise en place du dispositif. L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) en dresse dans un rapport un bilan positif.
S’adressant aux jeunes de 11 à 25 ans (et à leurs proches), les MDA ont des missions très larges : accueil, écoute, information, prise en charge médico-psychologique, accompagnement social, éducatif, juridique. Actuellement, elles sont surtout identifiées par les jeunes en difficultés comme lieu d’accueil, d’écoute et d’évaluation de leur situation. Les experts estiment que leur activité est complémentaire de celles des professionnels des établissements de santé et que leur activité d’évaluation permet à la fois d’éviter des consultations inutiles dans un centre médico-psychologique (CMP), et, a contrario, d’accélérer certaines prises en charge qui auraient souffert de délais.
Les MDA sont de petits dispositifs qui mobilisent des professionnels de métiers divers (médecins, infirmiers, psychologues, éducateurs, assistants de service social…), souvent mis à disposition par un autre organisme et intervenant à temps partiel. Elles accueillent en moyenne une centaine d’adolescents et jeunes par an.
L’Igas relève cependant que ces dispositifs sont « fragiles » :
– des Agences régionales de santé (ARS) sont prêtes à couper une partie des crédits ;
– les Points d’accueil et d’écoute jeunes (PAEJ), qui réalisent un accueil « de première ligne » articulé avec les MDA, souffrent de la forte baisse des crédits de l’État ;
– certains départements n’apportent pas de contribution (financière ou en personnel) alors qu’une partie significative de l’activité des MDA s’adresse à des jeunes qui relèvent de la protection de l’enfance.
Dans ce contexte, l’Igas recommande :
– de publier un cahier des charges rénové ;
– de maintenir les crédits de l’État destinés aux PAEJ, la contribution des communautés de communes (d’agglomération/urbaines) et celle des départements ;
– enfin, de diffuser des recommandations aux ARS pour la mise en place de parcours de santé des jeunes grâce aux MDA et, au plan national, le partenariat avec l’association nationale des MDA (ANMDA).

  •  Évaluation de la mise en place du dispositif « maison des adolescents », Rapport, F. Amara, P. Naves, Igas, oct. 2013, 114 p. Téléchargeable en PDF sur www.igas.gouv.fr