N° 238 - Mai 2019

Prise de poids : vers une alimentation intuitive ?

Auteur(s) : Élisa BOUET, DiététicienneNbre de pages : 6

Face aux problèmes de surpoids et d’obésité de jeunes patients souffrant de schizophrénie débutante, une prise en charge groupale originale bio-psycho-sensorielle a été mise en place. Objectif principal : lutter contre la dérégulation du comportement alimentaire.

Lire la suite

5,00 €
N° 237 - Avril 2019

Alexis et le cannabis, pour le meilleur et pour le pire…

Auteur(s) : Barbara LOYER Psychologue clinicienneNbre de pages : 6

Pourquoi tant de jeunes schizophrènes consomment-ils du cannabis ? Ce produit peut être pensé comme un médiateur, un catalyseur en lien avec trois plans : celui de la relation à l’autre dans la problématique adolescente de dépendance à l’objet, celui du rapport aux troubles et au réel et celui de la relation à soi au niveau existentiel. Illustration avec l’histoire d’Alexis.

Lire la suite

5,00 €
N° 237 - Avril 2019

Le slalom motivationnel vers le changement

Auteur(s) : Yasser KHAZAAL PsychiatreNbre de pages : 4

L’entretien motivationnel reste aujourd’hui une intervention prometteuse pour accompagner les personnes souffrant de schizophrénie et d’addiction au cannabis. Dans ce contexte, l’outil appelé « slalom motivationnel » facilite le changement.

Lire la suite

5,00 €
N° 237 - Avril 2019

Le programme d’ETP « LiberTHCannabis »

Le programme d’éducation thérapeutique du patient (ETP) « LiberTHCannabis » permet aux patients souffrant de schizophrénie ou de trouble bipolaire et consommateurs de cannabis de bénéficier d’une information claire sur l’impact du produit sur leur rétablissement.

Lire la suite

N° 237 - Avril 2019

Cannabis et schizophrénie, le point sur…

Auteur(s) : Amine BENYAMINA*, Marianne HERMAND** * Professeur des universités, addictologue, ** Docteur en psychiatrieNbre de pages : 6

Plus d’un quart des patients souffrant de schizophrénie consomment du cannabis, ce qui grève considérablement
leur pronostic fonctionnel et clinique. L’intrication de ces deux pathologies nécessite des prises en charge complexes. État des lieux et perspectives.

Lire la suite

5,00 €
N° 237 - Avril 2019

Cannabis et schizophrénie : quelles prises en charge ?

Auteur(s) : Alain DERVAUX Professeur de psychiatrieNbre de pages : 8

Comment soigner les patients souffrant de schizophrénie et d’addiction au cannabis ? L’« idéal » reste les prises en charge intégrées, qui tiennent compte simultanément des deux pathologies et de leurs interactions. Repères pour engager des soins pertinents.

Lire la suite

5,00 €
N° 235 - Février 2019

«Je n’en suis pas encore là avec mon frère décédé»

Auteur(s) : Jean-Marie REVILLOT, infirmier, cadre de santéNbre de pages : 4

Adrien, 25 ans, souffre de psychose et cumule les hospitalisations. Émerge rapidement le problème du deuil non résolu de son frère aîné. Un infirmier l’accompagne et lui permet de vivre d’autres séparations plus récentes, sortes de deuils préalables, pour enfin accéder à celui de son frère si profondément enfoui.

Lire la suite

5,00 €
N° 232 - Novembre 2018

« Dans cent ans, on sera tous morts »

Auteur(s) : Dominique FRIARD, Superviseur d’équipesNbre de pages : 4

«À Beauséjour, tout le monde prend soin de moi… C’est pas,comme à l’hôpital !»
À 55 ans, Cécile, qui souffre de schizophrénie, est orientée vers l’Ehpad. Toujours suivie par le secteur, elle bénéficie d’un accompagnement cousu main.

Lire la suite

5,00 €
N° 231 - Octobre 2018

Remédiation cognitive dans la schizophrénie

Auteur(s) : Nicolas FRANCK, Professeur de psychiatrieNbre de pages : 6

Dans la schizophrénie, les troubles cognitifs sont présents chez 4 personnes sur 5. Il est donc essentiel de réduire ces troubles, qui impactent la vie quotidienne et le rétablissement. La remédiation cognitive renforce durablement les capacités fonctionnelles des usagers et les bénéfices sont significatifs.

Lire la suite

5,00 €
N° 231 - Octobre 2018

Soins infirmiers et remédiation cognitive

Auteur(s) : Baptiste GAUDELUS, InfirmierNbre de pages : 8

Malgré son intérêt indiscutable, l’implantation de la remédiation cognitive dans les pratiques de soins courantes reste faible. L’investissement de ces techniques par les infirmiers constitue un enjeu pour un déploiement au bénéfice d’un plus grand nombre de patients.

Lire la suite

5,00 €