25-26 mars 2022 - Saint-Malo

Deuil, trauma et dissociation

FacebookTwitterLinkedInEmail

6es Journées de conférences organisées par l’Association francophone du trama et de la dissociation (AFTD)

La fin, la disparition, la dernière extrémité, le grand saut, le dernier voyage, la fermeture des yeux, nombreuses sont les expressions qui permettent d’éviter d’écrire ou de prononcer ce mot de quatre lettres: MORT.

Tous les grands penseurs depuis l’Antiquité se sont intéressés à la mort mais les réflexions et les approches psychologiques sont quant à elles beaucoup plus limitées et plus récentes. Comme si la peur était encore plus forte de ce côté-là de la barrière, peur d’être submergé par des forces obscures qui nous habitent ; Ou pour le moins que nous évitons de regarder et sentir, d’éprouver…

Pour le dire autrement, en dehors de la philosophie, la mort a bien été mise de côté que ce soit du côté de la médecine, de la psychologie, de la psychiatrie. Et même, parfois, on l’évacue vite vite dans les familles… Déni individuel et déni collectif qui peuvent entraîner alors un large éventail de symptômes. Et donner moins de saveur à la vie.

Est-il possible pour autant d’exclure une réalité qui nous touche toutes et tous ? Finalement la mettre hors de notre champ de conscience n’est-ce pas déjà une première forme de dissociation, de surcroît en tant que professionnels ? De ce point de vue, l’actualité sanitaire récente illustre l’un des multiples visages avec lequel la mort peut faire effraction dans notre besoin de prévisibilité.

Si la mort est imprévisible pour chacun d’entre nous, si elle reste et restera un des plus grands mystères de la condition humaine, tous les professionnels pour lesquels elle occupe une place centrale ne peuvent y travailler sans balise, ni compas… Avec le risque de la redouter encore plus, de l’occulter, de s’en défendre constamment.

Rens. : www.aftd.eu/page/622823-accueil

N° 235 - Février 2019

Faire son deuil…

Après la mort d’un être cher, le processus de deuil entraîne un détachement progressif du lien afectif, à l’opposé de l’oubli. Si la plupart des personnes …

Plus d’informations

N° 200 - Septembre 2015

Le traumatisme psychique

Catastrophes naturelles, attentats, massacres, guerres, violences sexuelles… génèrent un nombre incalculable de psychotraumatismes. Au-delà du contexte actuel, comment penser le traumatisme psychique ? Face au …

Plus d’informations