APESA Un dispositif national de prévention du risque suicidaire des chefs d’entreprise

FacebookTwitterLinkedInEmail

Pour faire face à la souffrance psychique des chefs d’entreprise, un dispositif de prévention du risque suicidaire baptisé APESA (Aide Psychologique aux Entrepreneurs en Souffrance Aigue) est aujourd’hui implanté dans 90 tribunaux de commerce.

Les difficultés économiques impactent directement la santé mentale des chefs d’entreprise et depuis quelques mois, la crise sanitaire a encore accentué les risques de troubles anxieux et dépressifs de beaucoup de « petits patrons ». De plus en plus souvent, les conseillers des Chambre de commerce et d’industrie ou des Chambres des métiers et de l’artisanat, les professionnels des collectivités territoriales et de la justice (juges, mandataires, greffiers) sont donc confrontés à l’effondrement psychique d’artisans ou de commerçants (crises de larmes, stress intense, désespoir, idées suicidaires).

Face à une telle souffrance, la seule réponse juridique apportée à l’entrepreneur est bien souvent insuffisante. Dans ce contexte, Jean-Luc Douillard, psychologue clinicien et Marc Binnié, greffier associé au tribunal de commerce de Saintes en Charente-Maritime ont mis en place en septembre 2013 un dispositif de prévention du risque suicidaire des chefs d’entreprise baptisé APESA (Aide Psychologique aux Entrepreneurs en Souffrance Aigue). 90 tribunaux de commerce en France ont aujourd’hui adopté ce dispositif.

Sans se substituer aux professionnels de santé, le procureur, les juges et les mandataires, les greffiers et leurs collaborateurs peuvent désormais passer rapidement le relais à des psychologues.
Plus concrètement, ce dispositif consiste à former des « sentinelles » de la prévention du suicide des entrepreneurs. Une fois formées, ces personnes (5000 aujourd’hui principalement acteurs du monde économique et judicaire) peuvent lancer une « fiche alerte » ( via l’application APESA ou le site internet) lorsqu’elles rencontrent un dirigeant qui souhaite bénéficier d’une prise en charge psychologique. L’alerte est alors rapidement traitée par un des psychologues de la coordination nationale qui rappelle le dirigeant dans l’heure pour lui proposer un premier entretien de soutien psychologique et d’évaluation de la situation. Ce dirigeant va ensuite être recontacté dans la même journée par l’un des 1 500 psychologues libéraux qui ont passé une convention avec APESA France. Ce psychologue, le plus proche du lieu de vie du dirigeant concerné,  peut ensuite lui proposer 5 entretiens gratuits.

En 2020, en plein confinement, l’association APESA France, sollicitée par le Ministère de l’Economie, a ouvert un numéro vert (08 05 65 50 50) pour compléter son dispositif sentinelles et permettre à n’importe quel chef d’entreprise d’être accompagné psychologiquement dans les moments difficiles. A ce jour, plus de 6 000 d’entre eux ont bénéficié d’une alerte ou ont appelé directement le numéro vert national pour demander une prise en charge psychologique.

L’association APESA France est soutenue dans son développement depuis sa création par Harmonie Mutuelle et le groupe VYV et dans la réalisation de ses projets par nombreux autres partenaires comme GENERALI, la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes, la fondation Garance, le réseau PRAGA des agents généraux d’assurance, le CIP France, CCI France, CMA France….

Jean-Luc Douillard, psychologue clinicien, Co-fondateur du dispositif APESA France

Pack SUICIDE

N° 134 Le suicide…et après ?
N° 182 Famille et suicide
N° 213 Suicide et travail
N° 256 Prévenir la réitération suicidaire

Plus d’informations