Boissons énergisantes et comportements à risque

FacebookTwitterLinkedInEmail

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) publie un rapport sur les boissons dites énergisantes (BDE), qui confirme leur succès grandissant à tous les âges et à toutes les occasions (sport, conduite, études, travail, jeux nocturnes sur internet, loisirs…). Ces BDE, qui contiennent entre entres taurine et caféine, comportent des risques pour la santé, notamment cardio-vasculaires. Dans sa conclusion, l'Anses confirme que :

– les boissons énergisantes sont réservées à l’adulte et déconseillées aux femmes enceintes,

– leur consommation en association avec de l’alcool est déconseillée,

– elles doivent être consommées avec modération et ne sont pas adaptées à la pratique d’une activité physique intense.

Au delà des chiffres, la Fédération Addictions, association d'intervenants en toxicologie et addictologie, s'interesse aux comportements et lance un appel à la vigilance et à la prévention. Selon elle, « cet engouement pour “un surplus d’énergie”, plus que pour la récupération ou l’entrainement, en phase avec l’idée de performance rapide et de compétitivité, se retrouve dans certaines pratiques de consommation des jeunes, où l’association fréquente de ces boissons à l’alcool vise aussi la performance. Consommées dès le plus jeune âge, dans une logique d’adaptation à du “toujours plus”, elles font avec d’autres le lit d’une quête “d’être à la hauteur” qui se poursuit dans les substances, qu’elles soient licites ou illicites. »

Dans ce contexte, il est important d'être attentifs à ces nouvelles consommations et d'anticiper sur des comportements à risque. L'institution invite ainsi à promouvoir et favoriser les compétences personnelles permettant régulation et adaptation aux contraintes de la vie.

« Pour cela, conclut la Fédération Addictions, il nous faut oser repenser la place que nous laissons à ces boissons : vendues souvent à côté des alcools, parées par le marketing de toutes les vertus, elles sont un des symboles d’une culture de la performance magique qu’il n’est pas inutile de contenir. Certains veulent en interdire la vente aux mineurs, d’autres les taxer, d’autres en limiter la publicité… Osons regarder le signal qu’envoie leur étonnant succès, pour ne pas nous piéger une nouvelle fois en interdisant d’une main ce que nous encourageons de l’autre, risquant par-là même de ne plus être entendus par ceux auxquels nous nous adressons. »

  • Evaluation des risques liés à la consommation des boissons dites énergisantes. Avis de l'Anses, septembre 2013, 195 p. Télécharger le pdf sur le site de l'Anses.
  • Boissons énergisantes : la culture chimique de la performance. Lire le communiqué de la Fédération Addictions