PSYCHOTHERAPIE

Actualités

Le non-recours aux établissements et services médico-sociaux handicap

Pourquoi des familles qui ont reçu une notification ne sollicitent-elles pas une admission en établissement ou service médico-social (ESMS) du secteur handicap ? Une étude de l''Ancreai constate que ce non-recours concernent plus souvent des personnes avec un handicap moteur ou psychique et pointe l'inadéquation de l'offre territoriale et le manque d'alternatives organisées.
 
Chaque année, des familles ou des personnes en situation de handicap, qui ont bénéficié d’une notification d’orientation vers un établissement ou un service (ESMS) spécialisé dans l’accompagnement du handicap, ne sollicitent pas leur admission. La finalité de cette étude menée par la Fédération des Centres Régionaux d'Etudes d'Actions et d'Informations, en faveur des personnes en situation de vulnérabilité (Ancreai) est d’identifier les motifs de ce non-recours, de décrire les éventuelles stratégies alternatives des personnes concernées et de leurs proches aidants, et de repérer les besoins non couverts. Les chercheurs ont réalisé des entretiens avec 103 familles (pour 55 adultes et 48 enfants) qui n'avaient pas mis en œuvre la notification délivrée par les maisons départementale des personnes handicapées (MDPH) dans quatre départements : Lot-et-Garonne, Marne, Saône-et-Loire et Var.
 
Au-delà des chiffres, ce non-recours s’organise en deux grandes catégories : non-recours subi et non-recours choisi. Dans cette étude, la cause principale du non-recours est « l’inadéquation de l’offre existante sur un territoire par rapport aux besoins des personnes concernées ». Vient ensuite« le refus des candidatures des personnes par les ESMS sollicités ». Le troisième motif relève d’une stratégie de sécurisation de parcours, au cas où les personnes seraient dans l’incapacité de continuer leur parcours hors ESMS, notamment parce que leur famille ne pourrait plus apporter son soutien. Ce dernier groupe ne se satisfait pas non plus de l’offre d’ESMS, et ne l’intègrera qu’en cas de nécessité. Ce qui explique que le non-recours soit temporaire pour au moins un tiers des personnes.
 
L'étude pointe dans sa concusion que tous les témoignages recueillis « amènent à s’interroger sur la structure et le fonctionnement des ESMS » :
– Y aurait-il une trop grande spécialisation de certaines structures, qui freine leur adaptation à des publics diversifiés ?
– Les ESMS ont-ils de la difficulté à s’adapter à des publics variés, et éventuellement plus lourds qu’à l’accoutumée ? Les ESMS reçoivent beaucoup de candidatures, ils ont le choix et peuvent éviter les situations plus complexes que les autres.
– Les ESMS ont-ils suffisamment recours à la formation pour adapter leur personnel à de nouveaux publics ?
– La rigidité des organisations freine-t-elle la souplesse dans les rythmes et modalités d’accueil ?
– La rigidité des postures professionnelles empêche-t-elle l’évolution des publics accueillis ?
Cependant, dans un contexte d’évolution des accompagnements et des souhaits individuels priorisant l’inclusion, il paraît « désuet de centrer le raisonnement sur les éventuels dysfonctionnements d’établissements ». Les souhaits exprimés au travers du non-recours, pour une vie chez soi, plaident « pour mieux organiser un étayage au domicile, en dehors de tout service notifié par une CDAPH. Il s’agirait plutôt de pouvoir s’appuyer sur des référents ou assistants de parcours à domicile, mobilisables chaque fois que la personne ou sa famille souhaite un conseil ou un appui dans l’organisation ou le maintien de sa solution alternative à domicile. Ce qui permettrait à la fois l’inclusion et la sécurisation des parcours, tout en fournissant à chacun une solution proche du sur mesure. »
  • Le non-recours aux établissements et services médico-sociaux handicap, Ancreai, février 2020, en pdf.
 


< Musique ou langage ? Le cerveau divisé…
L'ARS Pays de la Loire recherche des solutions innovantes pour réduite les hospitalisations au long cours >
Le non-recours aux établissements et services médico-sociaux handicap

Rechercher une actualité

Partager cette page