Une UMD « nouvelle génération » à Sarreguemines

FacebookTwitterLinkedInEmail

Dénommée « Les Erables », la nouvelle unité pour malades difficiles (UMD) du CHS de Sarreguemines a ouvert ses portes en septembre, après plus de 3 ans de travaux (retardés notamment par la crise sanitaire…). L’établissement retrouve ainsi sa capacité historique de 162 lits d’UMD, dans un bâtiment moderne, conçu pour l’accueil de patients « très déstructurés, en particulier psychotiques, et de pratiques professionnelles humanistes et éthiques » : le projet médical et soignant de l’unité (à télécharger ci-dessous) précise en effet que « l’architecture facilite l’individualisation des prises en charge et se révèle adaptée aux différents profils. La conception des chambres répond de surcroît à l’octroi d’un espace privatif et favorise l’intimité du patient malgré les contraintes liées à la sécurité en UMD. »

La nouvelle unité compte 36 lits, répartis en 3 sous-unités de 12 lits. Chacune est structurée à l’identique, comportant un espace de vie doté de locaux communs (salle à manger, salles d’activités, bureaux de consultation, bureau infirmier, salle de soins, …) et de 12 chambres individuelles équipées chacune d’un cabinet de toilette.

Accueil de femmes

Pour la première fois à Sarreguemines, l’UMD va accueillir des femmes dans une des trois sous unités. « Il s’agit de prendre en charge des femmes très jeunes (âge moyen de l’ordre de 22 ans), (…) avec des troubles du comportement (plus de la moitié des cas), des violences à l’encontre de soignants (plus d’un quart des cas) ou de patients, des manifestations auto-agressives ou des situations d’impasse thérapeutique institutionnelle obligeant à un isolement prolongé. Plus rarement : chimiorésistance, homicide intrafamilial. Cette sous-unité mènera le projet de soins dans son intégralité, « de l’accueil à la sortie, en passant par l’apaisement des troubles, les ajustements thérapeutiques, la stabilisation et la prise de conscience, la réhabilitation. »

Les deux autres sous-unités de la nouvelle UF, bien que n’ayant pas à être dédiées à un genre ou à des cadres
nosographiques particuliers, accueilleront toutefois davantage de patients de deux catégories particulières : les auteurs de violences sexuelles et de très jeunes adultes, voire pour des adolescents, porteurs de troubles autistiques notamment.

Organisation des soins

L’organisation des soins sera commune à chaque sous unité, avec des rythmes identiques à ceux pratiqués
dans l’ensemble des pavillons d’UMD. La structure architecturale de ce nouveau pavillon, avec ses trois sous-unités de petite capacité d’accueil et avec son « offre de circulation très libre », va favoriser les rencontres avec les personnels soignants.

Au point de convergence des trois sous-unités, une pièce multifonctions et modulable de bonnes dimensions et équipée permet :
• les transmissions pour les équipes réunies,
• les réunion pour les synthèses ou autres travaux de réflexion soignants,
• les présentations et formations destinées aux soignants,
• les ateliers scolaires pour lutter contre l’analphabétisme,
• les interventions des ergothérapeutes,
• la mise en oeuvre des ateliers d’éducation thérapeutique (PRACS, équilibre alimentaire…),
• les ateliers vidéo/film avec débat,
• les visio-conférences avec patient/familles ou patient/équipes d’origine, contacts avec des professionnels (tuteurs, assistants sociaux, éducateurs …), etc…

Deux bureaux de consultation sont aménagés dans chaque sous-unité, pour les entretiens médicaux,
avec les psychologues, les assistantes-sociales, mais également les entretiens infirmiers, d’accueil, d’aide,
etc… L’un d’un est équipé d’« une chaise de détente », pour contribuer à l’apaisement de certaines
tensions. « Le (la) patient(e) y seront accompagnés, pour des temps privilégiés d’entretien, d’échange et de retour au calme, en prévention de mesures coercitives. » Dans la même optique, Une deuxième nouveauté : «la banquette d’apaisement » est un outil conçu pour permettre la verbalisation des tensions avec deux soignants qui vont former un cocon protecteur et réceptif aux difficultés, délires et douleurs exprimées. Chaque sous-unité en sera équipée.

Notons encore que « chaque personne aura une carte magnétique pour accéder librement à sa chambre. » Pour toutes ces nouveautés, « l’équipe soignante devra veiller à l’utilisation appropriée des outils et accompagner les patients dans leur gestion du quotidien. »

Equipe soignante

L’équipe de cette nouvelle unité sera pilotée par un cadre de santé et composée d’infirmières, d’infirmiers et
d’aides-soignants, qui interviendront de façon polyvalente dans les 3 sous-unités, pour un effectif total de 50 agents. L’organisation des soins prévoit la présence de 3 soignant(e)s par sous-unité de 12 lits pour les postes de matin et de soir, ainsi qu’un soignant en poste de jour pour l’ensemble des 36 lits, y compris le week-end. L’unité sera incluse dans le roulement de nuit du pôle dangerosité et participera à l’organisation de la suppléance au sein du pôle.

En savoir plus : site du CHS, Projet médical et soignant de la nouvelle UMD de Sarreguemines en pdf