Hors-série - Août 2021

Des tests covid-19 aux urgences psychiatriques

Auteur(s) : François FLOTTES et Audrey BOST, infirmiers, et Benoit CHALANCON, infirmier de recherche cliniqueNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Au plus fort de la crise sanitaire, des tests diagnostiques de l’infection au covid-19 ont été exigés dès l’admission à l’hôpital. Une enquête objective les questionnements éthiques des soignants, pris entre nécessité de prévention et recueil du consentement du patient.

En psychiatrie, les débuts de la crise sanitaire liée à la covid-19 (mars-juin 2020) ont eu des répercussions sans précédent : services fermés pour créer une réserve sanitaire, limitations d’activité, investissement massif de l’ambulatoire. L’offre et la demande de soins ont été largement remaniées pour prendre en compte les besoins des patients dans cette période de restriction importante, où les priorités gouvernementales en matière de santé ont logiquement été concentrées vers les soins  « somatiques ». La psychiatrie a dû faire face à de nouvelles contraintes et s’adapter aux directives nationales avec la mise en place de téléconsultations en ambulatoire (1) mais aussi la réorganisation en intra-hospitalière. Les premières études chinoises ont rapidement mis en évidence des facteurs de vulnérabilités spécifiques aux populations des hôpitaux psychiatriques (comorbidités, âge, respect des mesures barrières, complications psychosociales) (2).

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro