Covid-19 : une vaccination « réactive » face aux variants

FacebookTwitterLinkedInEmail

Dans un avis en date du 21 juin dernier, la Haute Autorité de santé (HAS) préconise une stratégie de vaccination « réactive », telle qu’expérimentée depuis quelques semaines sur le terrain, afin de compléter la stratégie “Tester – Alerter – Protéger” renforcée et de limiter ainsi l’impact et la diffusion des variants émergents.

Alors que l’épidémie de Covid-19 diminue, les nouveaux variants du virus SARS-CoV-2 font l’objet d’une attention particulière et posent plusieurs questions :  celle de la transmissibilité du virus, de la gravité des cas d’infection ou encore celle de l’échappement immunitaire vis-à-vis des différents vaccins disponibles. Face à ce risque, la Direction générale de la santé a saisi la Haute Autorité de santé (HAS) sur l’opportunité, les indications et les modalités éventuelles d’une vaccination autour des cas de Covid-19 comportant un variant préoccupant (VOC) ou un variant d’intérêt (VOI).

Vacciner autour des personnes infectées pour limiter la diffusion d’un variant… très rapidement, dès la détection du premier cas.

La HAS préconise en effet une stratégie de vaccination réactive en complément du renforcement de la stratégie « Tester – Alerter – Protéger » qui reste la plus efficace dans le cadre d’une stratégie de freinage de la propagation des variants émergents. Une telle stratégie pourrait être envisagée devant la survenue de cas d’infection par certains variants préoccupants et variants d’intérêt du SARS-CoV-2 encore peu présents sur le territoire ciblé et à la suite d’une investigation de l’Agence régionale de santé (ARS) et de la cellule régionale de Santé publique France pour remonter la chaîne de contamination.

Pour permettre de ralentir le risque de diffusion de tels variants émergents et de réduire de façon significative le taux d’infections secondaires, la stratégie de vaccination réactive nécessite d’être mise en œuvre très rapidement – dès la survenue d’un premier cas de variant détecté. Une acceptabilité optimale de la vaccination par la population concernée est également une des conditions de réussite de cette stratégie vaccinale. Elle nécessite, par ailleurs, la mobilisation rapide de l’ensemble des acteurs pour l’administration du vaccin dans les lieux fréquentés par l’entourage des cas, par exemple par l’intermédiaire d’une équipe mobile ou de centres de vaccination éphémères, mais aussi de l’ensemble des professionnels de santé en ville et en médecine du travail.

La HAS précise que la stratégie de vaccination réactive s’applique à toutes les personnes éligibles à la vaccination (plus de 18 ans ou plus de 12 ans pour le vaccin Comirnaty®), non encore vaccinées ou incomplètement vaccinées et chez qui une vaccination complète (deux doses ou une pour les personnes ayant un antécédent de Covid-19) est nécessaire. Dans ce cadre, la vaccination devra privilégier les vaccins à ARNm (quel que soit le vaccin reçu antérieurement) et respecter le schéma vaccinal recommandé. La HAS souligne l’intérêt de respecter un délai de 3 à 4 semaines entre les deux doses de vaccin à ARNm.