Psychotropes : consommation en hausse pendant la période du Covid

FacebookTwitterLinkedInEmail

EPI-PHARE réalise depuis le début du confinement le suivi de la consommation des médicaments sur ordonnance délivrés en ville en France pour de l’ensemble de la population française, à partir des données du Système National des Données de Santé (SNDS). Ce rapport couvre la période de confinement national (semaines 12 à 19 du 16 mars 2020 au 10 mai 2020) et de post-confinement jusqu’au 13 septembre 2020, soit au total un suivi de six mois. Ce suivi est régulièrement actualisé dans le temps.

Parmi les médicaments dont la consommation a augmenté, en fin de confinement et durant la période qui a suivi, figuraient des médicaments des troubles mentaux : les anxiolytiques (augmentation de +1,1 million de traitements délivrés en six mois par rapport à l’attendu) et les hypnotiques +480 000 traitements délivrés. Les antidépresseurs sont restés à un niveau stable. La délivrance de médicaments de la dépendance à l’alcool a été stable durant et après le confinement, celle de la dépendance aux opiacés en augmentation après le confinement (+17 000 délivrances en six mois) et celle des substituts nicotiniques en forte baisse (-275 000 délivrances en six mois). Les instaurations (nouveaux patients) d’anxiolytiques et d’hypnotiques étaient à un niveau supérieur à l’année précédente (+5% et +3% respectivement) malgré la relative difficulté pour consulter un médecin, voire la peur de le déranger ou le risque de contagiosité en dehors des téléconsultations.

Usage des médicaments de ville en France durant l’épidémie de la Covid-19 – point de situation jusqu’au 13 septembre 2020 – Étude pharmaco-épidémiologique à partir des données de remboursement du SNDS – 05 octobre 2020