N° 215 - Février 2017

Clinique des troubles dépressifs

Auteur(s) : Lila Mekaoui, psychiatreNbre de pages : 8
FacebookTwitterLinkedInEmail

La dépression est une maladie fréquente et invalidante, qui prédispose dans un tiers des cas à de nombreuses récidives. Actuellement, la prise en charge combine traitement médicamenteux et psychothérapies. La recherche propose aujourd’hui de nouveaux modèles physiopathologiques qui pourraient déboucher sur des voies thérapeutiques plus efficaces pour prévenir les récidives.

La dépression est une maladie fréquente et invalidante qui doit être connue de tous les professionnels de santé. Elle altère la qualité de vie et a un fort impact socio-économique. Souvent présentée comme un épisode unique, elle prédispose à un risque de récidive dans 75 % à 85 % des cas. Les manifestations cliniques peuvent être variables mais s’articulent toutes autour d’une tristesse des émotions et d’un ralentissement psychomoteur. On connaît le risque suicidaire comme conséquence possible d’un épisode dépressif. Parmi les autres conséquences, les symptômes résiduels, la chronicité et les troubles cognitifs séquellaires lèvent un enjeu de prévention et de prise en charge précoce. L’existence de multiples modèles psychopathologiques explique les recommandations de prise en charge actuelle qui combinent des approches complémentaires comme celles associant psychotropes et psychothérapies.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro