Cannabis sur ordonnance

FacebookTwitterLinkedInEmail

pour garder le goût de vivre jusqu'au bout

Alice n’a plus que quelques mois à vivre. Son cancer du poumon va l’emporter. Les médecins ne lui proposent plus que des doses massives de morphine qui la plongent dans une semi-hébétude. Ses sœurs, qui l’accompagnent dans cette intolérable descente aux enfers, ponctuée d’éprouvantes séances de chimiothérapie et de trop brèves rémissions, n’ont qu’une idée en tête : soulager ses douleurs et atténuer son angoisse. Bravant les risques (en Floride où vit Alice, la détention de stupéfiants est interdite), elles lui font confectionner des sablés au cannabis. Trois à quatre par jour lui redonneront le goût de vivre et l’envie de rire.

Un témoignage poignant dans lequel Martine Schachtel, qui a longtemps exercé la profession d’infirmière, dénonce une médecine qui ne prend pas suffisamment en compte la douleur psychologique. Elle relance le débat sur l’usage thérapeutique du cannabis, dont les effets antalgiques et euphorisants réduisent sensiblement la souffrance physique et morale.

L'auteur :  Martine Schachtel, ancienne infirmière, a notamment publié chez Albin Michel J'ai voulu être infirmière (1991), Femmes en prison. Dans les coulisses de Fleury-Merogis (2000) et L'hôpital à la dérive. Le cri du cœur d'une infirmière (2010).

Cannabis sur ordonnance, Ed. Albin Michel, Janvier 2015, 160 pages,  15 €