Selon l’OMS, 16 millions de vie pourraient être sauvées tous les ans par des mesures préventives

FacebookTwitterLinkedInEmail

Selon un nouveau rapport publié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les gouvernements doivent agir d’urgence pour atteindre les cibles mondiales relatives à la réduction de la charge des maladies non transmissibles (MNT) afin d’éviter que, chaque année, 16 millions de personnes ne décèdent prématurément – avant l’âge de 70 ans – de maladies cardiaques ou pulmonaires, d’un accident vasculaire cérébral, d’un cancer ou du diabète.

«La communauté internationale a la possibilité de changer le cours de l’épidémie de MNT, a déclaré le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. En investissant à peine 1 à 3 dollars par personne et par an, les pays peuvent réduire considérablement la charge de morbidité et de mortalité due aux MNT. En 2015, chaque pays doit fixer des cibles nationales et appliquer des mesures d’un bon rapport coût-efficacité, faute de quoi des millions de personnes continueront à mourir prématurément.»

Selon le rapport, la plupart des décès dus aux MNT peuvent être évités. Sur les 38 millions de décès provoqués par les MNT en 2012, 16 millions, soit 42%, étaient prématurés et évitables, contre 14,6 millions en 2000. Alors que les efforts mondiaux en vue de réduire le nombre de décès prématurés dus aux MNT de 25% d’ici 2025 ont débuté depuis près de cinq ans, ce rapport offre un nouvel éclairage sur les principaux enseignements tirés. Il souligne qu'il est possible de faire baisser considérablement le nombre de décès dus aux MNT par le biais de politiques publiques visant à lutter contre la consommation de tabac, l’usage nocif de l’alcool, les régimes alimentaires néfastes pour la santé et la sédentarité, et à promouvoir la prestation de soins de santé universels.