Plan Alzheimer 2008-2012: évaluation plutôt positive mais…

FacebookTwitterLinkedInEmail

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie ont reçu mercredi 26 juin 2013 le Rapport d'évaluation du troisième plan Alzheimer réalisé par les professeurs Joël Ankri et Christine Van Broeckhoven.

Les priorités du plan 2008-2012 étaient d'approfondir la connaissance sur la maladie, qui touche aujourd'hui plus de 800 000 personnes en France, d'améliorer la qualité de vie des malades et des aidants dans le respect de leur dignité.

Ce rapport, qui a bénéficié d'un appui de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et de l'Inspection générale de l'administration de l'Education nationale et de la recherche (IGAENR), met en évidence les réalisations importantes du plan tant en matière scientifique que dans le diagnostic, la prise en charge des malades et l'accompagnement des familles.

Plus précisemment, il pointe que le déploiement de nouvelles structures de prise en charge a permis de réels progrès. En ce qui concerne la recherche, les équipes françaises sont mieux reconnues au plan international, en raison d'avancées importantes dans la compréhension de la maladie notamment sur les facteurs génétiques. L'effort doit se poursuivre pour l'identification d'outils permettant un diagnostic précoce de la maladie, comme les biomarqueurs innovants. Les experts préconisent par ailleurs une meilleure intégration et articulation des structures et équipements spécifiques, telles que les pôles d'accueil et de soins adaptés ou les équipes spécialisées Alzheimer aux équipements sanitaires, dans tous les territoires.

Ces résultats plutôt positifs et salués par les professionnels restent cependant à développer. Certaines strcutures innovantes doivent êtes soutenus. Le rapport appelle à prolonger l'action en faveur des personnes touchées par la maladie d'Alzheimer, en l'étendant à d'autres maladies neuro-dégénératives, appelant des réponses communes. Les proposititions du rapport visent ainsi à renforcer, en maintenant un caractère structurant, avec des moyens financiers dédiés :
– L’aide au domicile.
– La qualité d’un dispositif de diagnostic et d’expertise.
– La qualité de prise en charge des troubles sévères du comportement lors de l’hébergement des patients.
– La qualité de la prise en charge en milieu hospitalier et la formation des professionnels.
– La recherche.
– Rendre visibles auprès de la population générale les actions menées sur ces pathologies.

Les ministres ont indiqué être pleinement mobilisées pour mettre en œuvre une politique garante d'un accompagnement adapté à chacun et favoriser l'inclusion des personnes malades dans la vie de la cité. Elles souhaitent poursuivre l'action en faveur des malades d'Alzheimer et de leurs familles, en l'intégrant à un nouveau plan prenant en compte les maladies neuro-dégénératives à expression cognitive et comportementale. Ce plan sera élaboré en tirant tous les enseignements du rapport d'évaluation et en concertation étroite avec l'ensemble des acteurs, les associations de malades et leurs familles sous l'égide des trois ministères. Des orientations seront annoncées à l'occasion de la journée mondiale Alzheimer le 21 septembre 2013.

  • Evaluation du Plan Alzheimer 2008-2012, Rapport remis à Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie, établi par Joël Ankri, Christine Van Broeckhhoven. Juin 2013. 101 pages. Téléchargeable sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr