La revue

Sylvie Legoupi, photographe

Photographe indépendante, Sylvie Legoupi revendique une approche éthique et militante. Elle porte un regard humain et respectueux sur des lieux de travail, débusquant les épreuves, mais également l’humanité qui résiste, la solidarité. Il s’agit pour cette artiste de valoriser et d’humaniser la vie professionnelle. Sylvie Legoupi a réalisé plusieurs reportages dans des lieux de soin : services de soins palliatifs, de rééducation fonctionnelle auprès de victimes d’accidents graves, de psychiatrie… À l’hôpital, la photographe utilise la plupart du temps le noir et blanc, « qui élude, gomme l’importance de la technicité et apporte une dimension intemporelle et universelle », précise-t-elle.

Le reportage présenté ici a été réalisé au Centre psychothérapique de l’Ain, dans l’unité pour adultes Chamoise, en septembre 2017. La photographe s’est immergée dans le service et sa bienveillance et sa discrétion lui ont permis d’aller et venir en totale liberté. Elle en rapporte un reportage magnifique, émouvant, qui, sans nier la souffrance ni la dureté des lieux, montre toute l’intensité des rapports humains qui s’y déploient. Dans ce lieu où le soin repose sur la rencontre, elle capte les regards complices, contenants, la souffrance et ceux qui soutiennent. Dans les réunions soignantes, ses images éclairent le travail collectif, le partage, l’humour. C’est le quotidien en psychiatrie qui émerge. L’œil de la photographe met ainsi subtilement en lumière ces « petits riens », moments informels, habituellement peu perceptibles, qui constituent l’essence même du soin…

Un travail qui rend hommage à la dimension humaine et « affective » du travail en psychiatrie. Ce reportage a été distingué lors du concours international de photographie Julia Margareth Cameron, Londres 2019.


< Victoria Stagni
Corrine Jullien >