La revue

Pierre Albasser

Pierre Albasser né le 23 décembre 1936 à Mulhouse, vit aujourd’hui à Lagord, près de La Rochelle. En 1992, le contexte économique le conduit prématurément à la retraite. Encouragé par son épouse, il se met à dessiner avec assiduité. Au début, son œuvre circule essentiellement par le biais de l’art postal.

Pierre Albasser né le 23 décembre 1936 à Mulhouse, vit aujourd’hui à Lagord, près de La Rochelle. En 1992, le contexte économique le conduit prématurément à la retraite. Encouragé par son épouse, il se met à dessiner avec assiduité. Au début, son œuvre circule essentiellement par le biais de l’art postal.

« Je dessine, d’une façon presque automatique, écrit Pierre Albasser, pour la concentration et l’écoute intérieure. Ma main trace, tandis que mon esprit est ailleurs. L’instant et l’humeur décident du sujet en fonction du format et de la couleur choisis. Au fil des ans, dessiner est devenu un besoin. C’est aussi une sorte de jeu. Je dessine uniquement sur nos emballages domestiques dépliés dont les formats et teintes sont d’une variété étonnante. Chaque dessin à venir présente un petit défi mêlé d’excitation pour voir quelle sera la solution issue d’un carton inconnu, d’un stylo récalcitrant ou d’une cartouche d’encre dite vide. Les supports, les crayons, Bic, feutres… sont également du domaine de la récupération : ramassés dans la rue, quémandés chez les commerçants, offerts par les amis. C’est la règle du jeu de ne pas acheter du matériel et de ne pas me laisser enfermer dans le format rectangulaire. Je ne sais pas si je suis un “artiste”. Si j’accepte ce nom, c’est pour court-circuiter les discussions. Je n’ai pas de messages, ni d’explications à livrer. Je dessine ce qui me passe par la tête sans chercher un sujet, sans forcer des précisions. Le plaisir de faire et de faire plaisir à mon entourage sont les seuls buts de ma production quotidienne. » Son œuvre est exclusivement destinée à sa femme, Gudrun. Elle en est l’exploratrice privilégiée et la conservatrice. Pierre Albasser aime à dire que si un jour sa femme n’est plus là, il ne dessinera plus ! Assurément, ses créations incitent à l’empathie et nous l’en remercions : gaies, créatives – formats divers, découpes inattendues et aux perforations insolites – surprenantes, parfois inquiétantes, voir désopilantes…


< WADO
Lucas Weinachter >