EDITIONS IN PRESS THERAPIES EN LIGNE

Actualités

Une représentation visuelle de l’état émotionnel

Un dispositif original propose à des patients dépressifs en rémission et à des adolescents de (ré)apprendre à gérer leurs émotions.

Élaboré au CHU de Besançon, un outil clinique original, mêlant art et neurosciences, propose à un sujet de mieux reconnaître et travailler ses émotions. Née de la rencontre entre Damien Gabriel, ingénieur de recherche, et Guillaume Bertrand, artiste numérique, cette approche innovante, en cours de développement, offre une représentation visuelle de l’état émotionnel, représentation sur laquelle le patient/participant peut agir en temps réel et ainsi, (ré)apprendre à réguler ses émotions.

Concrètement, un casque d’électroencéphalographie est installé sur la tête du sujet pour mesurer son activité cérébrale. Sur l’écran, s’affichent une multitude de bulles vertes qui s’agitent et se déplacent, lui révélant son état émotionnel. Le participant est alors invité à ressentir une émotion précise (joie, peur…) pour parvenir à déplacer les bulles dans une zone déterminée de l’écran. Le processus d’apprentissage est enclenché. À terme, l’objectif est que cette régulation puisse se faire sans recourir au dispositif.

Cet outil peut être adapté à toute personne présentant un déficit de la régulation des émotions ou ayant besoin de les améliorer. Les perspectives sont nombreuses, et deux projets de recherche ont été déposés au CHU pour des cibles privilégiées :
– La première concerne des patients dépressifs en rémission partielle. Le but est d’apporter aux cliniciens une méthode complémentaire dans le traitement non pharmaceutique. Le protocole étudiera si 10 séances de neurofeedback permettent de diminuer des symptômes résiduels, facteurs de rechute.
– La seconde s’intéresse aux adolescents, alors qu’on sait que la régulation des émotions en milieu scolaire constitue une compétence clé pour l’apprentissage. Il s’agit donc de faire vivre aux élèves leur capacité à contrôler leur état émotionnel, de leur faire expérimenter qu’ils peuvent être acteur de leurs émotions, voire d’exercer leurs capacités à les réguler via une utilisation répétée du dispositif de neurofeedback.


< Sophie Chrétien préside la nouvelle Association nationale des infirmiers en pratique avancée (Anfipa)
Déployer la lutte contre le suicide au plan régional >
Une représentation visuelle de l’état émotionnel

Rechercher une actualité

Partager cette page