PSYCHOTHERAPIE

Actualités

Risque suicidaire des fonctionnaires de police : un partenariat entre la préfecture de Police et le GHU Paris

Pour améliorer la prévention des suicides dans la police, la préfecture de Police et le GHU Paris psychiatrie & neurosciences se mobilisent. Une convention de partenariat a été signée le 17 décembre par Monsieur Charles Moreau, Préfet secrétaire général pour l’administration de la préfecture de police et Monsieur Jean-Luc Chassaniol, directeur du GHU Paris en présence des responsables concernés.

ACCUEIL, ORIENTATION ET PRISE EN CHARGE DES PERSONNELS SUICIDAIRES ET SUICIDANTS

La préfecture de Police (direction des ressources humaines / sous-direction de l’action sociale) et son service de médecine de prévention, sa cellule de soutien psychologique opérationnel, et sa structure d’accueil et de lutte contre les addictions, est pilote de cette initiative. Ses interlocuteurs privilégiés au sein du GHU Paris seront le centre psychiatrique d’orientation et d’accueil (CPOA) dirigé par le Dr Raphaël Gourevitch, la clinique des maladies mentales et de l’encéphale (CMME) dont le chef de pôle est le Pr Philip Gorwood, tous deux situés sur le site Sainte-Anne dans le 14eme arrondissement de Paris.

Dans le cadre de sa mission, le CPOA s’engage à accueillir, évaluer et orienter tout policier de la préfecture de Police en situation de crise suicidaire. Une fois l’évaluation psychiatrique effectuée, le CPOA assurera, comme pour l’ensemble de ses patients, la prise en charge d’urgence et l’orientation la plus adaptée, qu’elle soit ambulatoire ou intra-hospitalière.D’autre part, au sein de la CMME, une consultation spécialisée est mise en place pour les fonctionnaires de la préfecture de Police sous la supervision du Pr Fabrice Jollant, spécialiste des questions de suicide, et conduite par le Dr Lise Flévaud, psychiatre. La CMME est par ailleurs dotée de 10 lits d’hospitalisation complète, dédiés spécifiquement à la prise en charge des patients suicidaires ou en post-tentative de suicide immédiate. Cette unité jouera également un rôle important dans la prise en charge des fonctionnaires de police.

Le service de médecine de prévention de la préfecture de Police pourra, à chaque fois qu’il le jugera nécessaire, prendre contact avec le CPOA ou la CMME, pour discuter le cas d’un patient à risque suicidaire et déterminer la meilleure démarche de prise en charge.

UNE FORMATION ADAPTÉE AUX AGENTS DE LA DIRECTION DE LA PRÉFECTURE DE POLICE

Le Pr Fabrice Jollant assurera en outre un rôle de conseil dans la formation du personnel de la médecine préventive à la prévention du risque suicidaire. Des interventions de sensibilisation seront aussi organisées au profit des cadres de la préfecture. Ils pourront également suivre toutes les
formations sur le sujet proposées au sein du GHU Paris et de son université de rattachement, l’université de Paris.

Pour le préfet Charles Moreau : « Le partenariat avec le GHU-Paris psychiatrie-neurosciences est particulièrement adapté aux attentes de la préfecture de Police. Il illustre pleinement la nouvelle approche du plan de prévention du suicide relancé par le ministre de l’Intérieur lors de sa visite à l’Hôpital des gardiens de la paix au printemps dernier et dont l’un des slogans est : être fort, c’est aussi savoir demander de l’aide »

Pour le Pr Jollant : « Cette collaboration est un exemple dans la prévention ciblée du suicide qui nécessite de mobiliser différents acteurs de terrain, tant sur le versant professionnel que médical, dans un partenariat actif dont le but ultime est de sauver des vies.»
 
Photo : Jean Luc Chassaniol, Directeur du GHU Paris et Charles Moreau, Préfet secrétaire général pour l’administration de la préfecture de police


< Atelier radiophonique ouvert à tous à la Ferme du Vinatier, avec l'artiste slameur Jonas Subtil
Un dispositif de soins innovant au CH La Chartreuse >
Risque suicidaire des fonctionnaires de police : un partenariat entre la préfecture de Police et le GHU Paris

Rechercher une actualité

Partager cette page