grieps personnes âgées

Actualités

Un actif sur cinq présente une détresse orientant vers un trouble mental

Plus d'un actif sur 5 présente une détresse orientant vers un trouble mental, selon une étude épidémiologique réalisée par la Fondation Pierre Deniker et présentée au Conseil économique, social et environnemental (Cese) le 26 novembre. Des résultats qui, selon les chercheurs « mettent en évidence l’importance du sujet et l’urgence de s’emparer de la question de la santé mentale au travail. »

Réalisée avec Ipsos, cette étude a été réalisée auprès de 3200 Français représentatifs de la population active. Son originalité de l’étude est qu'elle ne s’intéresse pas à la souffrance au travail ou au burn-out mais à la détection d’un potentiel trouble mental, c’est-à-dire d’une pathologie médicale susceptible d’être soignée. Par ailleurs, en croisant différentes données, elle restitue la complexité des liens entre facteurs de risques psychosociaux liés au travail et détresse orientant vers un trouble mental, ouvrant la voie à des politiques de prévention ciblées.

Les résultats montrent ainsi que 22% des personnes actives présentent une détresse orientant vers un trouble mental, chiffre qui passe significativement à :
– 26% pour les femmes contre 19% chez les hommes,
– 28% chez les aidants contre 19% chez ceux qui n’ont pas cette responsabilité,
– 28% chez les personnes qui passent plus d’1h30 par jour dans les transports contre 21% chez celles dont le temps de transport est inférieur à 1h30.
Par ailleurs, l’importance de l’équilibre vie privée - vie professionnelle est, chez tous les actifs, le facteur de risque psychosocial lié au travail le plus fortement associé à une détresse orientant vers un trouble mental : 15% des actifs occupés déclarent ne pas pouvoir mener de front vie professionnelle et vie personnelle. Parmi eux, 45% présentent une détresse orientant vers un trouble mental contre 18% chez ceux qui n’ont pas cette difficulté.

On relève également une variation du poids des facteurs de risques psychosociaux les plus associés à une détresse orientant vers un trouble mental selon les individus : si l’on est salarié, indépendant, homme, femme, aidant ou si l’on travaille dans le BTP, le poids des facteurs diffère.

La Fondation Pierre Deniker en appelle donc aux pouvoirs publics pour qu’ils se saisissent avec une ambition forte des problématiques des troubles mentaux au travail : « Il est urgent que la France construise une politique de prévention des troubles mentaux au travail fondée sur des données scientifiques. »

  • Santé mentale des actifs en France. Un enjeu majeur de santé publique. Etude de la Fondation Pierre Deniker présentée le 26 novembre 2018 au Conseil économique, social et environnemental (Cese), à télécharger en pdf


< Améliorer l'accès aux soins des patients psychiatriques
@ la recherche du temps. Individus hyperconnectés, société accélérée : tensions et transformations >
Plus d'1 actif sur 5 présente une détresse orientant vers un trouble mental

Rechercher une actualité

Partager cette page