Actualités

Les sciences infirmières à l'université

Les sciences infirmières font leur entrée au Conseil national des universités. Un pas de plus vers l’universitarisation de cette formation.

Un décret actant la création des sections de maïeutique, de sciences de la rééducation et de la réadaptation et de sciences infirmières au Conseil national des universités (CNU) est paru au Journal officiel (JO) du 31octobre. Quelle est la portée de ce texte ?


Historiquement, la formation et la recherche, notamment en soins infirmiers, se sont construites en France en dehors de l’université, même si des rapprochements notables ont été réalisés au cours de la dernière décennie. Cette situation limitait les possibilités de développement des connaissances, aussi les pouvoirs publics ont décidé de créer ces trois nouvelles sections, désormais officialisées. L’université française est organisée en disciplines?: médecine, histoire, géographie, droit… Chacune offre un cursus universitaire complet et des diplômes correspondants: licence, master, doctorat (LMD). Par l’enseignement et la recherche, la discipline contribue au développement des connaissances et, pour certaines, à l’amélioration des pratiques professionnelles. Ainsi, l’entrée des sciences infirmières à l’université permet, au même titre que pour d’autres disciplines, d’obtenir des postes de maîtres de conférences et de professeurs des universités dont la mission sera d’assurer les enseignements et de réaliser des recherches dans la discipline.
La création d’une section spécifique reconnaît aux sciences infirmières un domaine de savoirs singuliers. La voie ainsi ouverte permettra une plus grande diversification des carrières professionnelles et idéalement une interaction positive et une complémentarité d’action entre les infirmières praticiennes, dont les missions sont le soin direct au malade et/ou la prévention et la promotion de la santé auprès des populations, les enseignantes-chercheures, les managers… La France rejoint ainsi d’autres pays, comme ceux d’Amérique du Nord et plus près de nous l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Suisse… Cela facilitera les échanges internationaux et interdisciplinaires. Une question reste en suspens : quel avenir pour les Instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) et les Instituts de formation de cadres de santé (IFCS) ?…

Une note de L. Jovic, E. Cartron et D. Lecordier, Agence régionale de santé d’Ile-de-France.

A noter : plusieurs textes concernant cette entrée à l'université pour les sciences infirmières sont à retrouver sur le site Legifrance.fr :

  • Un décret crée les 3 nouvelles sections : Décret n° 2019-1107 du 30 octobre 2019 modifiant le décret n° 87-31 du 20 janvier 1987 relatif au Conseil national des universités (CNU) pour les disciplines médicales, odontologiques et pharmaceutiques.
  • Un arrêté le complète et fixe les modalités d'organisation de ces sections : Arrêté du 30 octobre 2019 modifiant l'arrêté du 28 septembre 1987 relatif aux modalités de fonctionnement du Conseil national des universités pour les disciplines médicales, odontologiques et pharmaceutiques
  • L'appellation du CNU, désormais dédié aux « disciplines de santé » pour intégrer des paramédicaux notamment, est précisé dans cet arrêté : Arrêté du 30 octobre 2019 modifiant l'arrêté du 29 juin 1992 fixant la liste des sections, des sous-sections et des options ainsi que le nombre des membres de chaque section et sous-section des groupes du Conseil national des universités pour les disciplines médicales, odontologiques et pharmaceutiques
  • Enfin, ce décret modifie le statut des maîtres de conférences et des professeurs des universités pour permettre le recrutement d'enseignants-chercheurs dans les trois nouvelles disciplines : Décret n° 2019-1108 du 30 octobre 2019 modifiant le décret n° 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences.

 


< Le « grand rendez-vous Parlons psy »
Comment les Français appréhendent-ils le trauma ? >
Les sciences infirmières au Conseil national des universités : « une belle avancée pour la profession »

Rechercher une actualité

Partager cette page