Actualités

"Ce sont des rencontres qui m'ont permis de commencer à relever la tête, à avancer"

Ce sont des rencontres décisives qui ont permis à Lana, tombée malade à l’âge de 17 ans et aujourd'hui stabilisée, d'entamer son parcours de rétablissement. Ce témoignage est extrait de son blog "Blogschizo"

Jusqu'à aujourd'hui, je n'arrivais pas bien à résumer mon processus de rétablissement. Cet après-midi, j'ai participé à un cours en ligne pour témoigner de mon parcours, entre autre. Je me suis demandée comment j'allais résumer les choses si on me demandait comment je m'étais rétablie. Et cette question est venue. J'ai parlé de mon changement de traitement, de mon changement de psychiatre, de ma fréquentation d'un forum sur la schizophrénie puis de la rencontre de certaines personnes de ce forum dans la vie réelle. Et l'étudiante qui m'avait questionnée a résumé les choses ains : c'est la rencontre qui vous a permis de vous rétablir. 

Ca m'a paru comme une évidence. Ca me paraît même bête, et totalement incroyable, de ne pas y avoir pensé avant. Oui, ce sont des rencontres qui m'ont permis de commencer à relever la tête, à avancer.

Avant ces rencontres, j'étais très seule, à une exception près, un ami très proche à qui je pouvais parler. Mais j'ai commencé à être malade dans la solitude. Ma famille ne comprenait pas mes troubles et m'engueulait au lieu de me chercher à me comprendre. Un an après le début de mes troubles, j'ai rencontré cet ami, qui n'allait pas bien lui non plus, et j'ai enfin pu en parler à quelqu'un. Je me souviendrai toujours de cette nuit où je lui ai dit que je me coupais, que j'allais mal. Je n'oublierai jamais ses paroles: "Ca ne m'est pas du tout étranger". Je croyais être seule dans l'autre monde, et enfin j'avais quelqu'un avec moi. J'étais toujours emmurée mais nous étions deux. Avec lui, j'ai essayé de trouver quelqu'un pour me soigner. C'était le début d'une longue errance médicale, entre mépris, indifférence et impossibilité de me faire suivre par les personnes que j'appréciais (parce qu'il y avait une liste d'attente, parce que c'était la psychologue de la fac et que je changeais d'université). Après sept ans, j'ai enfin trouvé quelqu'un qui m'écoutait et me répondait, et qui a confirmé le diagnostic de schizophrénie qui m'avait été donné puis retiré en Espagne. Ce diagnostic, aussi terrible soit-il, a été un soulagement. D'abord, parce que je m'en doutais, ensuite parce qu'il mettait enfin un mot sur mes problèmes. Il m'a permis de me sentir légitime pour fréquenter un forum consacré à cette maladie et rencontrer des gens qui en souffrait. Aujourd'hui, tous mes amis souffrent d'un problème de santé mentale (pas forcément la schizophrénie). Je ne les ai pas choisi pour ça, mais c'est un plus, quelque chose qui fait qu'on se comprend, qu'on peut parler de ce qui est tabou avec les autres, qu'on peut en rire aussi. 

Ce sont toutes ces rencontres qui ont participé à mon rétablissement, qui l'ont initié

J'ai souvent râlé sur les gens qui m'ont mis des bâtons dans les roues, sur les dysfonctionnements du système de soin, sur ceux qui ont détourné les yeux. Ce soir, je voudrais dire merci à ces personnes que j'ai rencontrées et qui m'ont aidée. 

Dans l'ordre chronologique :

- Jean-Philippe, bien sûr, le premier à qui j'ai parlé.

- Le Dr D., qui m'a donné mon diagnostic sans tourner autour du pot.

- Les participants du forum schizophrénie d'Atoute (même si Dieu sait que je m'y suis aussi énervée, j'y ai rencontré de belles personnes). Parmi eux, Véronique, Stéphanie, Hervé, Hélène et Cécile. 

- Laurent, qui en écrivant une pièce de théâtre à partir de mon journal, m'a redonné l'envie d'écrire et confiance en moi. 

- Le Dr. H., qui a été mon super médecin généraliste pendant plusieurs années, qui a été là quand ma psychiatre était absente, qui m'a écoutée, respectée et qui me manque. 

- Le Dr. G., qui a été ma psychiatre pendant trois ans et m'a si bien soutenue et fait réfléchir (et qui me manque aussi). 

- Le Dr de B., ma psychiatre actuelle.

- Et bien sûr tous mes amis actuels. Thomas, Pascale, Laura, Charline. 

Je ne sais pas où je serais sans toutes ces rencontres. Je tiens à vous tous plus que tout. 

Et je n'oublie pas ceux qui se tiennent à mes côtés sans que je leur parle de ma maladie, ma famille et mes collègues, tout aussi important. 

Et il y a aussi eu des tas de petites rencontres, des gens croisés ici et là, pour quelques heures seulement à un colloque ou une formation, que je ne pourrais pas tous citer, qui m'ont permis de me sentir légitime dans ma parole, de partager, de réfléchir, bref d'être en relation.


< Rebond épidémique : une nouvelle fiche précise le maintien de l'offre de soins en psychiatrie
Psychothérapie et réalité virtuelle >

Rechercher une actualité

Partager cette page