leaderboard rsp 2020

Actualités

Atlas de la santé mentale en France

Issu d'un groupe de travail ayant réuni les principaux producteurs de données et experts de la thématique, cet atlas propose une série d'indicateurs pertinents pour décrire et suivre les politiques de santé mentale et leurs déclinaisons territoriales. Il constitue une base de données territorialisée en santé mentale inédite. Il a été conçu en collaboration avec l'Agence régionale de la santé Provence-Alpes-Côte d'Azur (ARS Paca), et avec l'appui de l'équipe Atlasanté, le projet mutualisé de système d'information géographique des agences régionales de santé. Une version numérique est également disponible.

En France, les troubles psychiques sont associés à des enjeux majeurs en termes de prises en charge dans un champ en pleine mutation. Encore souvent centré uniquement sur le soin, le suivi des personnes atteintes de troubles psychiques s’oriente néanmoins vers le rétablissement, l’inclusion sociale, professionnelle et citoyenne des personnes. Impliquant de nombreux acteurs des secteurs sanitaire et médico-social appelés à coopérer dans le cadre des projets territoriaux en santé mentale, il est encore difficile à caractériser à l’échelle nationale, à partir du système d’information existant. Les raisons en sont également l’importance du non-recours aux soins, la difficulté à poser un diagnostic, souvent évolutif, et les besoins globaux des personnes qui couvrent l’ensemble des champs de la vie quotidienne. Pour autant, en 2017, on estime à plus de 7 millions le nombre d’individus qui ont eu une prise en charge spécialisée due à un trouble psychique diagnostiqué ou à un traitement psychotrope.

Dans ce contexte, l’Atlas de la santé mentale en France propose une photographie inédite tant des prises en charge que de l’offre disponible sur le territoire à partir de systèmes d’information existants. Il décrit des situations spécifiques, notamment celles de populations particulièrement vulnérables du fait de leur âge ou de leur milieu de vie : les enfants et adolescents, les adultes de 18 à 64 ans suivis pour des troubles psychiques fréquents ou des troubles psychiques sévères et persistants, les personnes âgées et la population pénitentiaire. Il s’adresse ainsi tant aux acteurs concernés dont les usagers des services de santé mentale, leurs proches, les professionnels de santé et du secteur social et médico-social qu’aux décideurs politiques nationaux et locaux et aux chercheurs.

3 questions à Magali Coldefy et Coralie Gandré

1/ Dans quel contexte d'évolution de la prise en charge de la santé mentale s'inscrit cet atlas ?
Les prises en charge des personnes vivant avec des troubles psychiques sont questionnées et en pleine mutation en France comme dans le monde. Même si le suivi des personnes est encore trop souvent centré sur le soin, il s'oriente vers leur rétablissement, leur inclusion sociale et professionnelle. Toutefois, en France, la coopération des nombreux acteurs qui y sont impliqués - de la société civile en passant par les secteurs sanitaire et médico-social - se heurte encore à des fonctionnements cloisonnés. La loi de modernisation du système de santé de 2016 a appelé ces acteurs, avec les usagers des services de santé mentale, à construire ensemble un projet territorial de santé mentale, élaboré à partir d'un diagnostic territorial partagé par les différentes parties prenantes. De nombreuses sources d'information sont disponibles en France pour alimenter ce diagnostic, mais elles sont dispersées, parfois méconnues, et peuvent tendre à faire oublier des champs non couverts par ces sources. C'est pourquoi nous avons conçu cet atlas, en collaboration avec l'Agence régionale de santé (ARS) Provence - Alpes - Côte d'Azur (Paca) et la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), afin de réunir les sources de données existantes et de permettre un état des lieux des différentes modalités d'accès et de recours aux soins et accompagnements, tant au niveau national que territorial. Les populations concernées par des troubles psychiques sont en effet très variées, les modalités de leurs prises en charge tout aussi multiples et le non-recours comme les inégalités d'accès aux différentes formes de prise en charge sont importants. Rappelons que nous parlons de plus de 7 millions de personnes qui ont eu une prise en charge spécialisée due à un trouble psychique ou à un traitement de psychotrope (données 2017).

2/ Quel type d'information propose-t-il et à qui s'adresse-t-il ?
L'atlas propose donc une photographie inédite tant des prises en charge que de l'offre de soins disponibles sur le territoire à partir des systèmes d'information existants. Les nombreuses cartes commentées qui le composent en offrent une vision synthétique et explicite. Il présente des situations spécifiques, comme celles de populations particulièrement vulnérables du fait de leur âge ou de leur milieu de vie : les enfants et adolescents, les adultes de 18 à 64 ans suivis pour des troubles psychiques fréquents ou des troubles psychiques sévères et persistants, les personnes âgées et la population pénitentiaire. Dans ce sens, il s'adresse tout autant aux acteurs concernés dont les usagers des services de santé mentale qu'à leurs proches, aux professionnels de santé et du secteur social et médico-social ainsi qu'aux décideurs politiques nationaux et locaux et aux chercheurs. Un objectif secondaire est également pédagogique : faire connaître les données existantes en France dans le champ de la santé mentale et leurs lacunes dans certains domaines, et aider les acteurs à s'approprier ces informations.

3/ Quels sont ses liens et comment se différencie-t-il de l'atlas de la santé mentale en ligne ?
Ce projet d'atlas est ancien, il est né de la loi de modernisation du système de santé et se voulait comme un outil pour les acteurs de terrain, afin d'alimenter les diagnostics territoriaux partagés en santé mentale. L'urgence a donc été de recenser les indicateurs pertinents à construire, recueillir les informations nécessaires, construire les indicateurs et les mettre à disposition du plus grand nombre. L'idée d'un atlas numérique a ainsi été privilégiée, en collaboration avec l'équipe Atlasanté. Il permet à chacun de zoomer sur le territoire qui l'intéresse, de se comparer à ses voisins ou des territoires similaires, ou au niveau national. L'atlas numérique permet de modifier l'échelle d'observation (commune, territoire de vie, département, région). Il a également l'avantage de pouvoir rassembler un nombre très important d'indicateurs sur différentes thématiques, et permet une actualisation des données.

L'ouvrage Atlas de la santé mentale en France est davantage une « mise en texte » permettant d'aborder les sujets non couverts par les données. Une analyse descriptive de la situation française est réalisée à partir de ces informations, mais elle est « augmentée »/complétée/enrichie d'une analyse scientifique de chaque thématique, permettant au lecteur de mieux connaître et comprendre les enjeux actuels de la politique de santé mentale en France.

Atlas de la santé mentale en France, Magali Coldefy et Coralie Gandré (dir), Ed. Irdes, Ouvrage n°7 série Atlas, mai 2020, 35 €.


< Covid-19 : l'Assemblée nationale adopte deux mesures importantes pour les soignants
Déconfinement et handicap : les recommandations du HCSP >
Atlas de la santé mentale en France

Rechercher une actualité

Partager cette page