leaderboard rsp 2020

Actualités

Agnès Buzyn annonce 140 M€ supplémentaires pérennes pour la psychiatrie

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, s'est adressée aux psychiatres lors du Congrès de l'Encéphale à Paris le 23 janvier. La ministre de la Santé a précisé le déploiement en 2020 de plusieurs points de la feuille de route dédiée à la psychiatrie et annonce au moins 140 M€ supplémentaires pérennes pour opérer un rattrapage des moyens et accélérer la dynamique de transformation..

Dressant un bilan de ses engagements, elle a estimé que « le cap était tenu » et rappelé les grands principes qui guident son action : 
« – Le premier est une approche intégrée de la santé mentale, qui articule trois dimensions dans le même temps : prévention-promotion du bien être mental ; parcours de soins ; respect du droit, exprimé dans la citoyenneté et l’inclusion sociale des personnes ;
– Le deuxième consiste à prendre en compte la parole et l’expérience des patients et de leurs familles, car ce sont pour eux que nous nous mobilisons et ils sont des acteurs à part entière de l’évolution de la psychiatrie et du changement de regard que nous devons opérer sur la maladie mentale et le handicap psychique ;
– Le troisième est de faire de la réhabilitation psycho-sociale un axe à part entière car il est un horizon d’espoir pour les personnes souffrant de troubles psychiques, afin de leur faire atteindre un niveau de vie et d’adaptation satisfaisant conforme à leurs attentes ;
– Ce que nous voulons aussi, c’est aussi une psychiatrie ancrée dans l’organisation du secteur, comme offre de proximité immédiatement accessible, inscrite au cœur des territoires ; mais qui doit également garantir l’accès de tous à des prises en charge spécialisées et adaptées, par une organisation plus graduée ;
– Enfin, un effort tout particulier doit se porter sur le développement de l’offre ambulatoire et de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. »

Pour la ministre, 2020 sera « une année décisive » pour la psychiatrie. « Nous devons en premier lieu accompagner la réorganisation structurelle et réglementaire de l'offre de soins ». Sur ce plan,  les deux appels à projets nationaux relatifs au fonds d'innovation organisationnel et à la pédopsychiatrie seront reconduits au même niveau financier qu'en 2019, soit 30 millions d'euros (M€) au total. Plus généralement, « au moins 140 M€ supplémentaires seront alloués de manière pérenne en 2020 à la psychiatrie financée en dotation annuelle ». Par ailleurs, un accord pluriannuel est en perspective pour le secteur privé.

Concernant la réforme du financement, qui doit entrer en vigueur en 2021, les travaux vont se poursuivre jusqu'en septembre de cette année. Un projet de décret sera examiné « dès le mois d'avril pour une parution en juillet 2020 ». Des outils seront élaborés pour suivre l'affectation effective des crédits aux établissements et aux équipes. En parallèle, la réforme du régime des autorisations en psychiatrie, engagée en fin d'année 2019 avec les acteurs concernés « continuera ses travaux ». Les textes doivent « évoluer en fonction des missions et des modalités de fonctionnement attendues des établissements ».

Faciliter l'accès aux soins

- Affirmer le rôle essentiel des infirmiers de pratique avancée (IPA) dans la réorganisation des parcours de soin, de même que les psychologues, "nous devrons intégrer progressivement au panier de soins, les modules indispensables de psychothérapies ou de bilans, accessibles sans conditions de ressource". Le ministère définira donc collectivement en 2020, en liens étroits avec la profession, les conditions d’une participation plus intégrée des psychologues au parcours de soins.

- Par ailleurs, la ministre a souligné l'enjeu d'amélioration des parcours de soins pour les personnes les plus vulnérables et/ou difficiles à atteindre (migrants, enfants et adolescents pris en charge par l'aide sociale à l'enfance (Ase), personnes détenues…).

- Les projets territoriaux de santé mentale (PTSM), sont censés être finalisés dans l'ensemble des départements en juillet prochain. Une grande journée de restitution des PTSM sera organisée au premier semestre avec l'aide du comité de pilotage (Copil) de la psychiatrie à la DGOS

- Parachever le déploiement de la stratégie de prévention du suicide avec la généralisation de Vigilans à toutes les régions.

- Déployer en 2020 cinq nouveaux dispositifs de prise en charge du psychotraumatisme

Lutter contre les stigmatisations

La candidature de la France a été entérinée par l’OMS et l‘Alliance pour organiser le sommet inter-ministériel mondial de la santé mentale en octobre prochain à Paris. Le thème sera Droits des personnes avec handicap psychique – France, pays des droits de l’homme. Ce sera un grand moment d’engagement collectif en faveur de la santé mentale, parce que dans ce domaine comme dans bien d’autres, la France doit s’engager résolument, doit donner l’exemple et tracer un chemin.

Agir concrètement pour le respect de la parole, du vécu et des droits des usagers, la réduction des soins sans consentement, de la contention, de l’isolement et la promotion des droits

Un plan national de réduction du recours aux soins sans consentement a été validé, sur la base de l’investissement remarquable mené sur ce sujet par le professeur SENON et le Dr TRIANTAFYLLOU, dans le cadre du comité de pilotage de la psychiatrie et en lien avec la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté.

Une action de mobilisation des acteurs de terrain a été engagée dans plus de la moitié des régions, dans le cadre des séminaires régionaux des présidents de CME, avec l’enjeu de faire évoluer les pratiques.

En vue de disposer de données consolidées, le ministère travaille à la constitution à l’été prochain d’un « observatoire » des droits des patients et des pratiques en psychiatrie.


< Restez connectés avec l'unafam
E-santé : les principaux outils numériques utilisés par 80 % des médecins généralistes de moins de 50 ans. >
Agnès Buzyn au Congrès de l'encéphale 2020

Rechercher une actualité

Partager cette page