simulateur CGOS

Actualités

Suicide et suivi infirmier, le projet Siprès

Une recherche infirmière explore les perspectives d’un dispositif de suivi infirmier ambulatoire de patients suicidaires.

Depuis quelques années, le projet Siprès (pour Suivi ambulatoire infirmier dans le cadre de la prévention de la récidive suicidaire), élaboré par l’équipe soignante du service post-urgences psychiatriques du CHU de Montpellier, vise à prévenir la récidive suicidaire et améliorer la qualité de vie des patients suicidaires. L’objectif est notamment une diminution des fréquences et durées d’hospitalisation. Dans la pratique, Siprès propose des consultations infirmières à J3 et J10 après la sortie de l’hôpital, soit à l’hôpital, soit au domicile, selon l’évaluation de l’équipe soignante et le souhait du patient. Des consultations téléphoniques infirmières sont également programmées à 3 semaines, 6 semaines et 12 semaines après le retour à domicile. À partir de cette base protocolisée et prescrite par le médecin au moment de la sortie, le dispositif reste adaptable.
Siprès fait l’objet, dans le cadre du Programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale (PHRIP), d’une étude clinique randomisée comparant le dispositif infirmier à la prise en charge habituellement proposée, par prolongation d’hospitalisation ou retour à domicile avec suivi par le psychiatre traitant, sans intervention infirmière.
Débuté en mai 2016, le travail de recherche en cours concerne deux groupes de 190 patients, l’un bénéficiant de Siprès, l’autre non (groupe contrôle), avec une évaluation du suivi des patients à un an. Début septembre 2017, 111 patients ont été recrutés dans l’étude,laquelle a réaliser les premiers bilans à 12 mois. Les chercheurs veulent valider des perspectives nouvelles pour les soins infirmiers, et en particulier la formalisation de protocoles de suivi, l’appropriation de nouvelles compétences de soins spécialisés dans la prise en charge de la crise suicidaire, dont le développement de compétences psychothérapeutiques.


< Atypick, l'insertion par le numérique
Le Psynem a 10 ans >
Suicide et suivi infirmier, le projet Siprès

Rechercher une actualité

Partager cette page

Partager sur Facebook