La revue

Maxime Frairot

Né en 1976 à Lyon, Maxime Frairot dessine depuis… presque toujours. Enfant puis adolescent, il passe d’un cours de dessin à l’autre, profitant d’enseignements très divers. Du coup, par soif d’autre chose, Maxime Frairot commencera par faire des études de sciences politiques. En 2002, rattrapé par sa passion, il se lance dans les arts plastiques. Depuis, il croque des silhouettes colorées, des portraits, des groupes agglutinés, des patchworks élaborés d’hommes et de femmes. Leurs yeux écarquillés fixent le spectateur, dans un face-à-face étonné. Qui regarde qui ? Qui sont-ils ? « Ce sont des gens rencontrés ou imaginés. Des yeux qui nous ignorent, nous observent ou nous toisent, des visages. Ils sont debout, ils nous regardent nous agiter, pleurer puis recommencer à aimer. Ils nous regardent rire, flirter, nous embrasser, ils sont acteurs et tellement spectateurs… », confie Maxime Frairot.
L’humain et les rapports dans la société sont au cœur de cette œuvre attachante, à la fois drôle et intrigante. Ces peintures étonnent, interrogent de façon décalée le sens de l’existence et la surprise d’être soi. Elles invitent à imaginer la vie de ces personnages, une suite après cet arrêt sur image… Comme l’écrit Christian-Benoît Lannes dans l’Univers des arts, « dans cet affrontement obsessionnel, par l’exploration de moult strates de perception, Maxime Frairot capte les pulsions d’une société qui revisite ses codes. Pas de jugement ni de morale, aucune exclusion ni voyeurisme dans ses toiles. Témoin, assistant, révélateur, Maxime Frairot est un peintre doublé d’un humaniste. »

  • Voir des toiles de Maxime Frairot :

– Galerie Éric Dumont, Troyes.
– Galerie du Cardo, Reims.

– Et dans le Hors série spécial formation de Santé mentale, août 2012.

  • • En savoir plus : www.maxime.frairot.free.fr


< Xavier Prévost
Etienne Gros >