La revue

Eva Navarro

Tous les jours, dans nos cités modernes, si semblables les unes et autres, se croisent des foules d’individus. Ils parcourent les rues, artères du tissu urbain palpitant… Nombreux et seuls, ils suivent leur chemin. L’artiste espagnole Eva Navarro s’immerge dans la grande ville, toujours en quête d’individualité au milieu des masses uniformes. Elle capte de petites histoires, de brèves rencontres, pépites de vie et de liens entre les êtres : enfants qui jouent, couple d’amoureux,
jeune homme interrogateur, foule en marche, saut dans un escalier… L’artiste travaille à partir de ses photographies, qu’elle reproduit ensuite à l’acrylique. Sur la toile, les individus deviennent encore plus flous, souvent représentés de dos, accompagnés de leur ombre. Les couleurs vives et la lumière font ressortir une impression de solitude, d’incompréhension mais aussi de cadences communes, de chaleur et de rencontres possibles… « Ma source d’inspiration, c’est en
moi que je la trouve,
explique Eva Navarro. Je partage les mêmes questions, les mêmes doutes et les mêmes craintes que le reste de l’humanité. Pourquoi je vis ? Où je vais ? Qu’y a-t-il après la mort ? J’exprime mes idées par le moyen de mouvements et de formes, par des instantanés de vie, de personnes anonymes, d’étrangers que je croise dans les rues. Des étrangers rencontrés le temps d’un hasard de quelques secondes et immobilisés par l’objectif. Je n’apporte, ni ne
change rien à ce matériau brut, pour garder la présence vivante des personnes réelles sur la toile. »
Eva Navarro est née à Madrid en 1967, où elle vit et travaille. Après des études d’art à l’université Complutense de Madrid, elle a gagné l’attention du public international. Son oeuvre est associée à ce nouveau courant espagnol de peinture figurative se consacrant à l’individualité dans la culture de masse au XXIe siècle.

  • En savoir plus : www.evanavarro.com, jusqu’au 5 décembre 2015 à la galerie BAT Alberto Cornejo a Madrid, du 21 au 24 janvier 2016 à la foire d’art Amsterdam Réalism avec la galerie Alicia Winters. Des éditions limitées de certains oeuvres sont disponibles à la galerie d’art de Lumas : www.lumas.com


< Didier Carluccio
Thomas Bossard >