La revue

Corinne de Battista

Cette jeune peintre d’à peine 40 ans a déjà une longue carrière derrière elle. Diplômée de l’Ecole des Beaux Arts d’Aix-en-Provence en 1995, Corinne De Battista a ensuite enseigné les arts plastiques de 1996 à 2002 puis a vécu une expérience inédite en étant, deux ans durant, l’assistante personnelle de Gao Xingjian (Prix Nobel de littérature en 2000). Son travail artistique présenté dans nombre d’expositions, salons et biennales, n’a de cesse de raconter une histoire universelle : celle des départs, des passages, des fuites, des errances, des retours…  « Mon travail est celui de la mémoire, explique-t-elle. Une mémoire souvenir figée dans le temps qui n’a qu’une réalité, celle de l'instant. Je choisis dans des photographies existantes des souvenirs utiles à l'action présente, des réminiscences de lieux, des situations, des postures, des atmosphères. Je ne raconte pas le passé, je le suggère en m'appropriant les visages, les corps, les personnages et les attitudes. Le portrait suppose tout ce que le modèle porte sur lui de signes sociaux, de psychologie. Il transmet une histoire personnelle ou une idéologie de groupe. Le visage renvoie à la solitude de l’individu, à son originalité, il possède une présence énigmatique. »
Sur ses toiles, souvent monumentales, pas de récits ni de littérature, mais des représentations propres à susciter l'imagination. Des personnages qu'on ne reconnaît pas tout à fait, des lieux communs, des souvenirs de l'enfance, sur des fonds acryliques fluides et évanescents. « La mémoire, ce passé au présent, qui me semblait personnelle prend alors son indépendance. Elle devient collective, face à ce miroir où nous regardons les absents... », conclut-elle.

• En savoir plus sur son site


< Anne-Françoise Quoitin
Christel Valentin >