La revue

Catherine Metz

Issue d’une famille de créatrices, Catherine Metz a d’abord exercé le métier de styliste de mode. « Mais l’art pour l’art me démangeait », explique-t-elle et c’est alors par le pinceau plutôt que par le ciseau qu’elle impose son style. Depuis une vingtaine d’années, d’une exposition à l’autre, en France et à l’étranger, elle transfigure un quotidien tissé certes d’inquiétantes étrangetés, mais traversé aussi d’éclats de bonheurs…
Ses grandes toiles peuvent évoquer des photos prises sur le vif, mais Catherine Metz travaille surtout à l’acrylique et au glacis. Couleurs chaudes, soutenues, tracés vibrants, taches de lumière, sa peinture est un art du flou. Par une exploration lente de l’image fixe, elle saisit l’humanité dans des non-lieux et des zones grises d’une société pressée. Elle pose la question de l’individu et de la foule, celle du sens de l’existence dans un univers codifié. « C’est l’instant qui me happe, la rencontre de l’autre, son histoire et ses mémoires m’inspirent. J’essaye de traduire dans mes toiles des histoires à suivre, des moments privilégiés de la vie. » Rencontres, mémoires, formes, ces trois thématiques parcourent toute son œuvre. Une peinture hyperréaliste tendant vers une poétique de la rêverie…

  • En savoir plus :
    – le site www.catherine-metz.com
    – du 21 au 24 novembre 2014, Salon St’Art, Foire européenne d’art contemporain de Strasbourg, Galerie Bertrand Gillig
    – novembre 2014, Banque Barclays Champs-Élysées, Paris 8e.


< Béatrice Terra
Christian Fafet, n°190 >