mnh mi juillet

La revue

Anthony Mirial

Photographe plasticien autodidacte, Anthony Mirial se sert du corps comme témoin mais surtout comme d’une feuille de papier, qui le renvoie à sa première passion : le dessin. Il y couche ainsi ses craintes, ses désirs et ses idées… Ces corps nus, il les « collectionne », et au gré des inspirations, leur offre un message à délivrer… C’est alors la naissance d’un tableau.
Parcourir cette oœuvre étrange et parfois dérangeante confronte le spectateur à une représentation du corps à la fois crue et très codifiée. Ces images que l’on fouille du regard, décryptant chaque détail, racontent des histoires. Il se dégage de ces corps marqués, comme tatoués, une force et une fragilité, une douceur et une douleur bouleversantes. Ces corps comme des étendards nous interpellent profondément.
Dans une démarche artistique très personnelle, Anthony Mirial travaille à partir de photographies et de superpositions d’images. Il cherche et invente ses propres techniques, comme la photographie souterraine, et utilise comme seule lumière le néon, rejeté habituellement par les photographes. Mais pour cet artiste autant préoccupé par le message et l’émotion que par l’esthétique, la photographie reste un médium. La finalité de l’oeuvre ne se limite ainsi pas à son graphisme mais ouvre une porte vers un univers imaginaire, un mirage, peut être la réminiscence d’un rêve oublié.
Né en 1989 à Nice, Anthony Mirial vit et travaille aujourd’hui entre Nice et Paris.


< Evelyne Huet
Thierry Carrier >
Anthony Mirial

Partager cette page

Partager sur Facebook