Exclusivités web

Recherche : la contenance soignante à l'UMD

Comment donner du sens à une pratique clinique dans un contexte sécuritaire ? Une recherche menée par des soignants à l'Unité pour malades difficiles (UMD) du CH Le Vinatier met en évidence ce qui détermine une relation de soin contenante lors de moments de tension.

L’unité pour malades difficiles (UMD) du CHS Le Vinatier a été créée en décembre 2011. Depuis son ouverture, nous avons observé une évolution des pratiques soignantes. En 2016, la loi (1) amorce un changement de paradigme sur les soins sans consentement. L’isolement devient une mesure de derniers recours lorsque toutes les alternatives ont échoué.

Sur le terrain, nous rencontrons des patients qui éprouvent des difficultés à formuler une demande de soin. Leur parcours est souvent émaillé de passages à l’acte auto ou hétéro-agressif. L’incertitude et la surprise font partie de notre quotidien. Comment intégrer ces données et soigner à l’UMD ? Comment donner du sens à une pratique clinique dans un contexte sécuritaire ? C’est la question du lien qui est posée.

 En 2018, nous avons engagé une recherche pour objectiver nos pratiques et questionner la contenance. Notre réflexion reposait sur l’idée qu’il existerait plusieurs niveaux de contenance : individuelle, groupale et institutionnelle. Ils seraient interdépendants, lorsqu’un niveau est défaillant, les autres perdraient leur stabilité. Les capacités de contenance d’un professionnel, d’une équipe et d’une institution seraient à l’origine d’une décision de mise en isolement.

Notre enquête a concerné le quotidien des aides-soignants et des infirmiers travaillant de jour. C’est une étude observationnelle mixte, adossée au cadre du Conseil Scientifique de Recherche (CSR), qui a permis de recueillir 36 questionnaires et de mener 6 entretiens

Notre rapport met en évidence ce qui détermine, dans nos pratiques, une attitude contenante lors de moments de tension en dehors de tout passage à l’acte. Nous obervons que nos représentations du soin et de l’isolement, l’impact émotionnel de l’intersubjectivité et la dynamique d’équipe déterminent nos actions. Ce travail a mis en lumière une clinique fine et ouverts de nombreux prolongements à nos questions. Il serait ainsi intéressant de poursuivre cette investigation, notamment en interrogeant les patients afin de recueillir leurs perceptions et leurs vécus.    

  • La contenance individuelle et groupale à l'UMD du CH du Vinatier, rapport de recherche en psychiatrie réalisée dans le cadre du Conseil scientifique de la recherche du CH Le Vinatier, 2018. Slimane Zerrouk (Infirmier Diplômé d’Etat), Emilie Vernet (Infirmière Diplômée d’Etat), Lucie Durr (psychomotricienne diplômée), Irène Katsaros (ergothérapeute diplômée. A télécharger en pdf

1– Loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé 

Photo © Sylvie Legoupi.


< Du sport à l’hôpital
Monsieur HC, « emmuré » dans son monde >