Exclusivités web

Monsieur HC, « emmuré » dans son monde

Monsieur HC, qui souffre de psychose depuis l'enfance, doit quitter l'hôpital psychiatrique pour entrer en maison de retraite. Ce patient très déficitaire, sans langage et souvent violent, a vécu toute sa vie en institution. Il ne quitte jamais sa chambre et est même attaché la nuit pour dormir. Pour lui permettre de sortir très progressivement de son isolement, un infirmier de secteur psychiatrique tisse une approche clinique « sur mesure » qui finit par porter ses fruits. Récit...

Un texte de Michel Mayer, Infirmier de secteur psychiatrique

NDLR. La prise en charge relayée ici date de plus de vingt ans. Depuis, la Loi de modernisation du système de santé de 2016 a (notamment) encadré les mesures d'isolement et de contention, qui doivent être prises « en dernier recours », de façon limitée dans le temps, sur décision d’un psychiatre, et dans le cadre d’une démarche thérapeutique. Elles imposent la prescription d’une surveillance et d’un accompagnement intensifs. Le cas présent, d'un patient attaché toutes les nuits, est donc « illégal ». Cependant, la démarche clinique reste très éclairante, en particulier pour des patients « chronicisés », « oubliés », sur lesquels un regard neuf et bienveillant peut apporter de belles victoires.

Lire l'article en PDF Télécharger l'article complet en PDF


< Recherche : la contenance soignante à l'UMD
La santé mentale au Maroc : définitions, évolutions et enjeux actuels >