Bannière autisme

Actualités

Un protocole de coopération autorise une première consultation infirmière en alcoologie

Un protocole de coopération (1) est autorisé pour permettre qu’une première consultation d’alcoologie soit réalisée par un infirmier pour des patients adressés par les urgences. Ce dispositif est détaillé dans un décret paru au Journal officiel du 18 juin.
Élaboré au GH Saint-Louis-Lariboisière-Fernand-Widal (Paris), ce protocole a vocation à être déployé dans d’autres structures volontaires, avec accord de leur Agence régionale de santé (ARS). La coopération est conclue entre un « médecin compétent en addictologie » (le délégant) et un infirmier (le délégué) au sein d’un service hospitalier ou une structure ambulatoire d’addictologie. En pratique, les actes dérogatoires (pouvant être effectués directement par l’infirmier) dans cette consultation sont :
– le repérage des personnes nécessitant une hospitalisation pour sevrage rapide ou une prise en charge « différée avec gradation de la réponse » ;
– l’interprétation des résultats de différentes échelles cliniques validées dans l’alcoolodépendance et cotation des critères DMS-5 de troubles de l’usage d’alcool ;
– la prescription d’examens (biologiques, électrocardiogramme, éthylotest) selon un protocole défini ;
– l’interprétation des résultats d’examens biologiques ;
– l’orientation vers le mode de prise en charge adapté (hospitalisation, ambulatoire, consultations) selon les protocoles définis.
Les infirmiers intéressés doivent justifier au minimum de trois ans d’expérience dans un service d’addictologie ou une structure de médecine d’urgence et suivre une formation spécifique. Le cadre d’intervention du délégant est aussi précisé (astreintes, supervision, validation, critères d’alerte par le délégué…). Plusieurs annexes au décret fournissent des outils concrets pour la mise en pratique.
1– Selon l’article 51 de la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST) du 21 juillet 2009, ces protocoles prévoient la mise en place, à titre dérogatoire et à l’initiative des professionnels sur le terrain, de transferts d’actes ou d’activités de soins et de réorganisations des modes d’intervention.
Arrêté du 11 juin 2020 relatif à l’autorisation du protocole de coopération «Première consultation d’alcoologie par une infirmière, pour des patients adressés par un service des urgences», www.legifrance.gouv.fr


< Reconnaissance en maladie professionnelle des travailleurs atteints du Covid-19
Le savoir expérientiel des médiateurs de santé-pairs a été un atout durant l'épidémie >
Un protocole de coopération infirmière en alcoologie

Rechercher une actualité

Partager cette page