9br cgos aout 2019

Actualités

Troubles bipolaires : les effets du lithium sur le cerveau

Une étude d’imagerie cérébrale tente de percer le mystère des mécanismes d'action du Lithium et suggère qu'il améliorerait la plasticité cérébrale des personnes avec troubles bipolaires.

Fruit de la collaboration entre la Fondation FondaMental, l'Inserm, Neurospin, l'Institut Pasteur, les Hôpitaux universitaires Henri Mondor AP-HP et le Centre hospitalier universitaire de Grenoble, une étude d’imagerie cérébrale ouvre des pistes de compréhension sur les mécanismes d'action du Lithium chez les personnes atteintes de troubles bipolaires. 

Percer le mystère de l'action du Lithium

Traitement de référence des troubles bipolaires, le Lithium est un stabilisateur de l'humeur dont les mécanismes d'action sur le cerveau restent méconnus. Pour tenter d'en percer les mystères, des chercheurs se sont appuyés sur les récentes avancées technologiques dans l'imagerie par résonance magnétique (IRM), qui permettent d'observer l'anatomie du cerveau à l'échelle microscopique.

Observer le cerveau à l'échelle microscopique

Pour ce faire, 40 volontaires sains et 41 personnes atteintes de troubles bipolaires, suivies dans les Centres Experts FondaMental de l'Hôpital Henri Mondor APHP et du Centre Hospitalier universitaire de Grenoble, ont participé à un protocole de recherche proposant de comparer les données d'IRM recueillies chez l'ensemble des participants.

"Les modifications observées portent sur la densité des dendrites dans le cortex frontal" explique le Pr Houenou (Université Paris-Est Créteil, APHP, Inserm-Neurospin, Fondation FondaMental). Les dendrites sont des prolongements du corps cellulaire des neurones. Courtes, nombreuses, effilées et très ramifiées, elles constituent les parties réceptrices du neurone et jouent un rôle dans la communication entre les neurones.

Lithium et plasticité cérébrale

On observe en effet un niveau comparable de la densité des dendrites entre les patients traités avec lithium et les volontaires sains. En revanche, chez les patients ne prenant pas de lithium, le niveau de densité dendritique est inférieur.
 
 
Référence
Psychotherapy and Psychosomatics, 2019 Apr 5
Sarrazin S, Poupon C, Teillac A, Mangin JF, Polosan M, Favre P, Laidi C, D Apos Albis MA, Leboyer M, Lledo PM, Henry C, Houenou J


< Un guide pratique pour mettre en œuvre la Qualité de vie au travail
Un décret précise les missions du nouveau délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie >
Troubles bipolaires : les effets du lithium sur le cerveau

Rechercher une actualité

Partager cette page