mnh mi juillet

Actualités

Drogues à 17 ans : moins de tabac, d’alcool et de cannabis

L’enquête nationale ESCAPAD (Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la Défense) mise en place par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) en lien avec la Direction du service national et de la jeunesse (DSNJ) interroge les jeunes Français de 17 ans sur leur santé et leurs consommations de produits psychoactifs. Comme les précédentes, la 9e édition a été menée dans le cadre de la Journée Défense et Citoyenneté, en mars 2017 auprès de 46 054 jeunes filles et jeunes garçons.

Les premiers résultats sont présentés dans le n° 123 de la revue de l’OFDT Tendances.

Ces données mesurent les niveaux d’usages des trois principales substances — tabac, alcool et cannabis — ainsi que ceux de produits illicites ou détournés plus rares. Au total, l’enquête analyse la diffusion d’une dizaine de substances de même que leurs évolutions à la fin de l’adolescence.

Satisfaction quant aux baisses d’expérimentation et d’usage

Par rapport à l’enquête ESCAPAD de 2014, les résultats 2017 font apparaître des baisses d’expérimentation et d’usage plus ou moins marquées selon les produits. Globalement, les consommations 2017 à la fin de l’adolescence sont parmi les plus basses enregistrées depuis le début des années 2000.

Vigilance en raison des niveaux élevés des consommations et des fortes motivations à consommer chez les jeunes

- L’alcool demeure la substance la plus largement expérimentée par les adolescents même si le recul continu de sa diffusion depuis une décennie se poursuit (85,7 % vs 89,3 % en 2014 et 92,6 % en 2008). À 17 ans, les boissons alcoolisées sont néanmoins toujours des substances très communément consommées : deux tiers des jeunes en ont bu au cours du mois écoulé (66,5 % vs 72,0 % en 2014). Un tiers des jeunes indique que leur dernière consommation d’alcool s’est déroulée en présence des parents. Enfin, les consommations intensives et les ivresses restent à des niveaux élevés.

- Tous les indicateurs relatifs au tabagisme affichent un net recul en termes d’expérimentation, d’usage récent ou quotidien. Désormais un peu moins de 6 jeunes de 17 ans sur 10 (59,0 %) déclarent avoir essayé le tabac au cours de leur vie ; cette baisse de 9 points se retrouve pour l’usage au cours du dernier mois qui s’établit à 34,1 %. L’usage quotidien passe de 32,4 à 25,1 %. Ces niveaux sont les plus bas depuis la mise en place de l’enquête. Toutefois le tabac reste le tueur en série historique qu’il faut continuer de combattre.

- L’expérimentation du cannabis, qui avait connu une forte hausse en 2014, recule très sensiblement (9 points) de 47,8 % à 39,1 %. C’est le niveau le plus bas depuis 2000. L’âge du premier usage se situe comme en 2014 à 15,3 ans. L’usage au cours du mois est en diminution de plus de 4 points passant de 25,5 % à 21,0 %. Enfin, l’usage régulier décroît légèrement : de 9,2 % en 2014, il passe à 7,2 %. Par contre la proportion de jeunes présentant un risque d’usage problématique ou de dépendance est plus importante : au total, 7,4 % des jeunes de 17 ans sont touchés en 2017. Il faut redoubler d’efforts sur la prévention en matière de consommation de cannabis dont les effets délétères sur la santé sont prouvés par de nombreuses études scientifiques.

- Les substances illicites hors cannabis ne sont essayées que par une petite minorité de jeunes. Au total, 6,8 % des adolescents de 17 ans déclarent de tels usages au cours de la vie. Ce niveau était de 8,8 % en 2014. Ce sont les produits stimulants qui sont le plus souvent essayés : la MDMA/ecstasy demeure la plus citée (3,4 %) même si sa diffusion est en repli après une forte hausse entre 2011 et 2014. La cocaïne se situe à 2,8 %, soit le même niveau que les champignons hallucinogènes. Concernant les poppers et les produits à inhaler, souvent vendus librement, ils sont expérimentés par respectivement 8,8 % et 3,1% des jeunes gens interrogés. La hausse de l’usage au cours de la vie des poppers les conduit à retrouver un niveau atteint en 2011. En parallèle, l’enquête ESCAPAD a interrogé pour la première fois les jeunes sur un usage éventuel de purple drank (mélange de sirop codéiné antalgique et de soda). Le niveau atteint, 8,5 %, est proche de celui des poppers

L’ensemble de ces résultats est à mettre en perspective avec une autre enquête récente de l’OFDT (ARAMIS) qui éclaire sur les motivations à consommer de l’alcool, du tabac ou du cannabis. L’alcool est massivement perçu comme banal, festif et convivial. L’image du tabac est fortement dégradée et semble liée à une certaine normalisation du cannabis.


< Des acteurs de la psychiatrie saluent le plan d'action d'Agnès Buzyn
Des professionnels de santé formulent des propositions sur la télésurveillance médicale >
Drogues à 17 ans : moins de tabac, d’alcool et  de cannabis

Rechercher une actualité

Partager cette page

Partager sur Facebook