ODIS-C

Actualités

Les soignants en prison dénoncent les décompensations psy liées à la surpopulation carcérale

Relayant la condamnation récente de la France par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour ses prisons indignes, l'Association des professionnels de santé exerçant en milieu pénitentiaire (Apsep) alerte une nouvelle fois sur la surpopulation carcérale, « malheureusement devenue chronique », et qui constitue « un frein majeur à une prise en charge adaptée et respectueuse des patients. »

L'association dénonce le fait que « les équipes de soins étant dimensionnées en fonction du nombre de places théoriques et non du nombre réel de détenus dans les établissements, la surpopulation est un facteur supplémentaire limitant l’accès aux soins ». Elle pointe également que cette surpopulation génère par elle-même des pathologies « au premier rang desquelles on pourrait citer les maladies infectieuses transmissibles et les maladies musculo-squelettiques » et que « les soignants sont régulièrement confrontés à des prises en charge en urgence pour coups et blessures ainsi qu’à des décompensations d’ordre psychiatrique » directement liée à la surpopulation.

  • A lire aussi sur ce sujet : Soins psychiatriques aux personnes détenues, Santé mentale n°227, avril 2018.


< 3e Edition du Prix vidéo Arts Convergences
Montélukast (Singulair et génériques) indiqué dans le traitement de l’asthme : risques d’effets indésirables neuropsychiatriques >
Les soignants en prison dénoncent les décompensations psy liées à la surpopulation

Rechercher une actualité

Partager cette page