ODIS-C

Actualités

Psychose complexe : systématiser la réhab !

Des recommandations britanniques incitent à développer des soins de réhabilitation pour les personnes souffrant de psychose complexe.

Parues en août 2020, ces nouvelles recommandations du National Institute for Health and Care Excellence (NICE) plaident en faveur du développement des soins de réhabilitation pour les personnes souffrant de psychose complexe. D'après une synthèse d'Anne Cécile Cornibert, pour le Centre ressource de réhabilitation psychosociale (CRR), ces recommandations « constituent une reconnaissance puissante » de cette modalité de soin, qui voit ainsi « sa légitimité renforcée. »
Pour les experts du NICE, le terme de « psychose complexe » fait référence à un diagnostic primaire de maladie psychotique (trouble de la schizophrénie, trouble bipolaire, trouble schizo-affectif, dépression majeure avec troubles psychotiques, trouble paranoïaque) auquel sont associés des symptômes psychotiques sévères résistants aux traitements et générant des altérations fonctionnelles. Ces personnes peuvent également souffrir d’altération des fonctions cognitives, de mésusage de substances psychoactives, de troubles neuro-développementaux (autisme, TDHA) ou de comorbidités somatiques. La mise en place précoce, coordonnée et systématique de soins de réhabilitation favorise donc leur rétablissement et leur autonomie.

Parmi ces recommandations, le NICE plaide en faveur de la systématisation d’une offre de proximité intégrée et orientée rétablissement, précoce et non stigmatisante, réactive, structurée en fonction des besoins de la personne et fondée sur une approche optimiste et émancipatrice. L’offre de réhabilitation devra être accessible, y compris aux patients ayant connu des périodes d’hospitalisation complète de longue durée, et/ou présentant un risque de rupture de soins. Elle sera proposée à l’issue d’une évaluation et pourra coexister avec d’autres modalités d’intervention complémentaires et coordonnées. L’objectif du NICE étant de favoriser des accompagnements flexibles, ambulatoires, et des « transitions douces », le cas échéant, entre différents services et unités, en fonction des situations. Le travail-pair sera intégré de façon systématique à l’offre de réhabilitation. Seront proposées également des pratiques de remédiation cognitive et d’éducation thérapeutique. Une collaboration régulière est recommandée entre professionnels de la réhabilitation et de l’addictologie.
Rehabilitation for adults with complex psychosis, NICE guideline, 19 août 2020, www.nice.org.uk. D’après la synthèse d’Anne Cécile Cornibert, CRR, anne-cecile.cornibert@ch-le-vinatier.fr, En savoir plus : https://centre-ressource-rehabilitation.org/


< Aider les personnes en deuil durant une pandémie
Prévenir pour éviter la coercition >
Psychose complexe : systématiser la réhab !

Rechercher une actualité

Partager cette page