9 bonnes raisons semaine 46

Actualités

Mes soins idéaux

Ce témoignage est extrait du "Blogschizo" de Lana, tombée malade à l’âge de 17 ans et aujourd'hui stabilisée. Elle  évoque ici la difficulté des soignants à informer les usagers des différentes offres de soins en psychiatrie.

"A part une hospitalisation, un traitement médicamenteux et des suivis psychologiques et psychiatriques, je n'ai pas eu beaucoup de soins.

Dans un monde idéal, qu'est-ce que j'aurais aimé avoir comme soins?

A l'hôpital, j'aurais préféré un service ouvert à un service fermé (surtout que j'étais en hospitalisation libre). J'aurais surtout préféré un hôpital de jour. Avec des activités sensées, pas infantilisantes et une écoute bienveillante. Mon psychologue m'a un jour proposé une hospitalisation de nuit, mais je ne voyais pas l'intérêt de venir dormir à l'hôpital, où il y avait déjà très peu d'activités la journée, et où en trois ans de consultations, j'ai rarement vu les infirmières hors de leur bureau.

J'ai rencontré un jour un travailleur (je ne me souviens plus de sa fonction exacte) qui accompagnait les gens en souffrance psychique dans leur recherche d'emploi, et surtout qui continuait à les suivre une fois qu'ils avaient trouvé un travail. On pouvait l'appeler pour qu'il vienne pendant la pause de midi, ou le voir après le travail, par exemple. J'aurais aimé bénéficié d'un tel accompagnement, parce que mes débuts au travail ont été difficiles.

J'aurais aussi aimé connaître une association (comme L'autre "lieu" par exemple) qui ouvre le week-end ou le soir, parce que quand on travaille on a rarement l'occasion d'y aller à un autre moment. Les gens ont l'impression que si on a un travail, c'est que ça va, alors qu'on peut très bien aller plus mal qu'en ne travaillant pas. Et à une époque, je me sentais très seule en fin de semaine et ressentait le besoin de côtoyer d'autres usagers.

J'aurais aimé connaître une ligne d'appel qu'on peut joindre le soir ou la nuit, parce que c'est souvent le moment où on se sent le plus démuni face à la maladie.

Et pour prévenir les risques suicidaire, je pense qu'il vaut mieux rester près de la personne et lui parler que de l'isoler et/ou de l'attacher. Je ne l'ai pas vécu, mais sachant que ça existe, ça ne donne pas envie de parler de ses envies suicidaires. Quand j'avais envie de mourir, j'avais essentiellement besoin d'attention et de douceur, certainement pas de solitude et de contention.

Finalement, il faudrait que les différentes offres de soins soient mieux connues des usagers. Quand on arrive dans le monde de la psychiatrie, on n'y connait rien et les psys ne nous parlent pas toujours des initiatives qui pourraient nous aider.

Alors oui, je me suis rétablie sans tout ça, mais je pense que ça aurait été moins long et moins douloureux avec".


< Déployer la lutte contre le suicide au plan régional
Psychiatrie et sécurité publique - Du fou à lier aux folles alliances >
Mes soins idéaux

Rechercher une actualité

Partager cette page