CATALOGUE 2020 GRIEPS

Actualités

Le Pr Jean-Claude Melchior va étudier l'offre de soins sur l'anorexie et la boulimie de l'AP-HP

À l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), le Pr Jean-Claude Melchior a été missionné pour examiner l'organisation de la prise en charge des troubles des conduites alimentaires (TCA) au sein du CHU francilien. Le courrier, relayé par la commission médicale d'établissement (CME), émane du président de la CME, le Pr Noël Garabedian, et de la directrice de l'organisation médicale et des relations avec les universités, Christine Welty. En effet, relatent les deux signataires, la difficulté actuelle à trouver une structure de soins pour les patients atteints de TCA souligne "un manque de visibilité de l'offre à l'AP-HP".


L'actuel président du comité de liaison en alimentation et nutrition (Clan) central du CHU mais aussi président du réseau TCA-francilien dirige l'unité de nutrition clinique TCA de l'hôpital Raymond-Poincaré à Garches (Hauts-de-Seine). À charge pour lui d'inclure deux types de troubles dans ses travaux : l'anorexie et la boulimie. L'objectif affiché par l'AP-HP est de "proposer [...] la prise en charge des TCA de manière adaptée et coordonnée". Cela suppose un état des lieux de l'offre existante puis de "préciser les ressources minimales (disciplines et plateaux techniques) et les conditions multidisciplinaires de prise en charge en précisant l'articulation psychiatrie-médecine, la transition pédiatrie-médecine adulte". Jean-Claude Melchior aura en outre à identifier les filières de prise en charge médicale en matière d'évaluation diagnostique, d'orientation thérapeutique et de gestion des urgences.
Le rapport d'étape, attendu pour la fin avril 2017, puis le rapport final, annoncé pour la fin juin, devront s'atteler à "proposer une réorganisation efficiente de l'offre intégrant la dimension médico-économique". L'AP-HP attend également une description de l'offre existante à l'échelon global de l'Île-de-France, de même que du niveau de collaboration ou de partenariats éventuellement à développer, par exemple avec le réseau TCA-francilien. Enfin, il est convenu que le praticien intègre à sa réflexion la dimension universitaire d'enseignement et de recherche.

Thomas Quéguiner, Hospimédia du 15 décembre 2016


< La Fondation Fondamental lance un institut sur la médecine personnalisée des maladies psychiatriques
L’essentiel de la recherche en santé mentale - Regards Croisés 2017 >
Le Pr Jean-Claude Melchior va étudier l'offre de soins sur l'anorexie et la boulimie de l'AP-HP

Rechercher une actualité

Partager cette page