Actualités

Le Plan national addictions 2018-2022 est publié

Reporté depuis plusieurs mois, validé par le cabinet du Premier ministre le 19 décembre 2018, le Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 est publié sur le site de la Midelca. Au fil de quelques 200 mesures, se dégage la volonté de mieux structurer l'offre de soins spécialisés, dans une logique de parcours. A noter que l'Association nationale de prévention en alcoologie et addiction (ANPAA) a fait part de sa « déception » sur le volet alcool.

Au terme du plan gouvernemental 2013-2017 qui a porté la politique de lutte contre les conduites addictives au cours des dernières années, le Premier ministre a souhaité que la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Midelca) lui propose, en lien avec les ministères concernés, une actualisation et une intensification de cette politique, afin de protéger nos concitoyens, en particulier les plus jeunes, leurs niveaux de consommation étant parmi les plus élevés en Europe, quel que soit le produit en cause.

Les 6 axes, 19 priorités et plus de 200 mesures proposées font suite à une large concertation menée depuis fin octobre 2017 qui a associé les ministères, leurs opérateurs (agences sanitaires et agences régionales de santé), la CNAM et la CNAF, les associations représentant les communes (Association des maires de France, France Urbaine, Union nationale des centres communaux d’action sociale) et les départements (Association des départements de France), les professionnels, associations et intervenants, spécialistes de l’addictologie ou de la réduction des risques, mais aussi des représentants du secteur économique de la production d’alcool, de la restauration et de la distribution. Plus de 70 contributions ont été recueillies.

Le plan 2018-2022 s’articule autour de 6 grands défis :

  1. Protéger dès le plus jeune âge
  2. Mieux répondre aux conséquences des addictions pour les citoyens et la société
  3. Améliorer l’efficacité de la lutte contre le trafic
  4. Renforcer les connaissances et favoriser leur diffusion
  5. Renforcer la coopération internationale
  6. Créer les conditions de l’efficacité de l’action publique sur l’ensemble du territoire

Inscrit dans un temps long, compatible avec l’atteinte des objectifs en matière de prévention, il indique les priorités et les principales mesures à mettre en œuvre, témoignant d’une action publique ambitieuse et pragmatique.

Du côté des réactions, l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) s'est exprimé rapidement dans un communiqué, dénonçant un « plan dévoilé en catimini » qui révèlerait « des difficultés d’arbitrage du Gouvernement sur le sujet des addictions et plus globalement sur les enjeux de santé publique. » Malgré un constat partagé sur les dommages et les dangers, « on en reste malheureusement au stade des déclarations d’intention sans calendrier de réalisation, ni financement, ni dispositif d’évaluation. Par ailleurs, comme l’ANPAA le redoutait, le plan n’est pas à la hauteur pour faire face au 2ème facteur de mortalité évitable qu’est l’alcool en France. »

  • Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022. Alcool, tabac, drogues, écrans. Midelca, 130 pages, à télécharger en pdf


< Les formations d'Ascodocpsy en 2019
Lancement du prix ANFH >
Le Plan national addictions 2018-2022 est publié

Rechercher une actualité

Partager cette page