dsm noel

Actualités

Une recherche sur le « plan de crise conjoint » en psychiatrie

Dans les phases aiguës des troubles psychiques, les « plans de crise », élaborés en amont avec l'usager, peuvent s’avérer d’une grande utilité : ils contribuent à maintenir une certaine forme de contrôle du patient sur son traitement en cas d’incapacité, de même qu’à soutenir son processus d’empowerment. Dans le même registre, le Plan de crise conjoint (PCC) permet de formaliser de façon anticipée et individualisée les contacts à mobiliser, les mesures pratiques à prendre pour préserver l’environnement de la personne, ainsi que les soins et traitements à préférer ou à éviter en cas de crise. Le PCC peut être considéré comme une forme récente et innovante de processus de décision partagée entre patients et professionnels. La démarche permet, au niveau relationnel, de favoriser l’alliance thérapeutique et, au niveau individuel de l’usager, de mieux se connaître, contrôler ses troubles et gérer sa maladie.

Cet article présente les résultats d'une étude suisse sur le PCC, co-construite avec une paire praticienne en santé mentale et conduite en 2017. L’objectif était d’explorer qualitativement et quantitativement les pratiques et les contenus du PCC dans divers programmes et contextes de soins du canton de Vaud. 184 documents ont pu être récoltés rétrospectivement, que ce soit en milieu hospitalier, en hébergement, en ambulatoire ou encore à domicile. Afin de compléter ces données, des entretiens ont été menés auprès de douze usagers souffrant de troubles psychiatriques divers et de douze professionnels de différentes disciplines. Ce travail permet de repérer différentes formes de PCC, d'en dégager les bénéfices et les limites pour les usagers et les équipes, de formuler des recommandations pour une pratique efficiente de ses dispositifs.

  • Un plan de crise conjoint pour les patient·e·s, Pascale Ferrari, Caroline Suter, Mathilde Chinet, Laura Elena Raileanu, REISO, Revue d'information sociale, mis en ligne le 21 novembre 2018.


< Les cinq sexes. Pourquoi mâle et femelle ne sont pas suffisants
A Mulhouse, ouverture du Césame, guichet unique d'accès aux soins en psychiatrie >
Une recherche sur le « plan de crise conjoint »

Rechercher une actualité

Partager cette page