leaderboard rsp 2020

Actualités

L’impact du Covid-19 sur la pratique médicale en Île-de-France

L’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecins libéraux Île-de-France a interrogé plus de 1 700 médecins représentatifs de la population médicale francilienne à la sortie du confinement avec un objectif : déterminer l’impact du Covid-19 sur leur pratique médicale.


L’enquête, menée durant la deuxième quinzaine du mois de mai auprès des généralistes et des spécialistes franciliens, montre que :
• Une très grande majorité d’entre eux, 82 %, ont maintenu une activité durant la période de confinement.
• La téléconsultation s’est imposée dans les usages pour 80 % des répondants.

L’impact du Covid-19 sur l’activité des médecins libéraux franciliens
• Pendant le confinement, la majorité des médecins libéraux franciliens se sont organisés pour maintenir une activité durant la période de confinement. Téléconsultation, organisation dédiée à la prise en charge COVID, les libéraux ont adapté leur pratique en gestion de crise. Le recours aux soins fut toutefois plus faible que d’habitude avec une baisse d’activité de 50 à 70 % selon les spécialités.

Parmi les 18 % qui ont fermé leur consultation pendant le confinement, les raisons avancées sont :
- Le manque d’équipements de protection individuelle,
- Les facteurs de risque existant pour le médecin ou dans son entourage familial
- La maladie
 

Dès le 11 mai, 91% des médecins libéraux franciliens déclarent avoir repris les consultations médicales en présentiel en mettant en place les mesures suivantes pour garantir la sécurité des patients : désinfecter le cabinet entre chaque patient, respecter les distances en salle d’attente, respecter les gestes barrières, porter un masque et recours complémentaire de la téléconsultation.
• Néanmoins, 66% des généralistes et 80% des spécialistes font encore face à une activité limitée et/ou réduite en raison de :
- Des mesures barrières et précaution mis en place qui ralentissent les possibilités de prise en charge ;
- Un plus faible recours de la part des patients, encore dans l’esprit de confinement ;
- La non-réouverture des blocs chirurgicaux, par non-autorisation des instances sanitaires.
 

L’impact du Covid-19 sur la télémédecine
• Téléconsultation : 79 % des répondants ont eu recours à la téléconsultation durant le confinement, avec un recours plus marqué pour les généralistes (86 %) que les pour les spécialistes (71 %). En moyenne cela représente 1 acte sur quatre dans les prises en charge durant cette période.
Parmi les utilisateurs de téléconsultations, 58 % d’entre eux ont recours à une plateforme dédiée. À noter que 31 % des médecins ont fait usage du téléphone, qui reste un moyen simple de maintenir un contact médical.
• Télésurveillance : 39 % des médecins ont fait appel à la télésurveillance pour les patients suspects COVID ou COVID +, avec un succès très marqué pour le dispositif COVIDOM piloté par l’AP-HP et URPS médecins.
 

Et en perspective :
• 68 % des médecins répondants sont désormais convaincus de l’utilité de la télémédecine, contre 38 % d’entre eux avant le confinement. Toutefois, ils soulignent que cette pratique n’est pas adaptée à toute situation. Les médecins interrogés prévoient à 61 % de maintenir un usage ciblé de la télémédecine dans leur pratique.
• L’e-mail reste le média direct le plus utilisé entre les patients et leurs médecins (72 %), le DMP ne représente pas plus de 1 % des usages parmi les répondants, les outils de coordination sont en règle générale très peu connus et utilisés.
• Le téléphone reste le premier outil de recours facile, notamment pour les patients sans accès internet.
• Le dispositif couplé d’autosurveillance patients et télésurveillance médicale via des outils numériques trouve son public et sa raison d’être notamment au travers de l’expérience COVIDOM.
La souplesse réglementaire adoptée pendant la crise sanitaire mérite d’être reconduite avec :
- La liberté dans le choix des outils multicanaux de téléconsultation ouvert au remboursement de l’Assurance maladie (internet, messagerie instantanée, téléphone…)
- La possibilité d’un accès direct remboursé en téléconsultation à un médecin libéral de proximité, (en capacité de recevoir le patient en présentiel), permettant ainsi, si besoin médical, de déboucher sur une consultation présentielle avec ce même médecin.

À propos de l’URPS médecins libéraux Île-de-France
L’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecins libéraux Île-de-France représente les 22 000 médecins libéraux d’Île-de-France. Constituée de 80 médecins libéraux élus par leurs pairs pour cinq ans, elle contribue à l’organisation et à l’évolution de l’offre de santé au niveau régional. C’est une association 1901 créée par la loi du 21 juillet 2009 « portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires ». L’URPS agit partout sur le territoire francilien pour favoriser l’installation des médecins libéraux et les accompagner au quotidien dans leur exercice au service de la population.


< La Fnapsy s'oppose à la création « ex nihilo » des USIP (Unité de Soins Intensifs Psychiatriques)
Le Cese recommande une meilleure articulation des parcours des jeunes en situation de handicap >
L’impact du Covid-19 sur la pratique médicale en Île-de-France

Rechercher une actualité

Partager cette page