mnh 15 octobre ET NOVEMBREactus

Actualités

« L'autre monde » ou ce qu'est la déréalisation

Ce témoignage est extrait du "Blogschizo" de Lana, tombée malade à l’âge de 17 ans et aujourd'hui stabilisée. Elle explique ici son vécu de la déréalisation, le sentiment de « vivre dans un autre monde ».

L'un des symptômes les plus difficiles à expliquer aux autres, c'est la déréalisation.

Pendant une dizaine d'années, j'ai vécu dans ce que j'appelais l'autre monde. Sur mon mur, j'ai toujours cette citation, qui représente bien ce que j'ai vécu: "Vous sur une rive, moi sur l'autre, nous resterons des étrangers".

Mais comment expliquer cet autre monde? C'était le monde de la folie, un monde noir, une étendue de sable noir, un monde dans lequel j'avais eu le tort de mettre un pied et qui m'avait aspirée tout entière. Ce n'était pas une hallucination, c'était un monde uniquement mental.

J'avais l'impression de vivre dans un rêve, j'étais à côté de moi-même, je me regardais agir, je m'écoutais parler comme si ce n'était pas moi qui parlait ou agissait. Je regardais le monde autour de moi et je ne le comprenais pas. Je regardais la librairie où je travaille et je ne comprenais pas ce que je faisais là, je ne comprenais pas le sens de tout ça, de ce minuscule endroit dans cet univers si grand. Je regardais les couples et je ne comprenais pas ce que ces gens faisaient ensemble. Je regardais les animaux et les plantes comme des extraterrestres. Même certains objets me déroutaient, je ne comprenais pas comment deux objets pouvaient être identiques. Le monde tournait à une vitesse folle, autour de moi qui était statique.

Ce monde, ce monde agité et bien codé, je n'en faisais plus partie. Il était dans une sorte de flou, de buée. J'étais dans l'autre monde, fou, peut-être, mais c'était le mien. Il avait du sens, même s'il était blessant. Même si j'y étais seule (ou presque, parce qu'il y avait des personnes imaginaires avec moi).

Les gens pensaient que je vivais parmi eux, alors que j'étais ailleurs. C'est comme ça que j'ai vécu la déréalisation. C'était un symptôme très troublant, d'autant que mon psychiatre me disait ne pas le comprendre.

Je pensais ne jamais pouvoir sortir de l'autre monde, j'en étais persuadée. Aujourd'hui, je suis dans le monde réel. Je suis sur votre rive. Mais je n'ai rien oublié.


< La 2e circulaire budgétaire alloue près de 10 millions d'euros à la psychiatrie
Adrien Taquet veut installer une unité d'accueil médico-judiciaire pédiatrique dans chaque département >
« L'autre monde » ou ce qu'est la déréalisation

Rechercher une actualité

Partager cette page