9 bonnes raisons semaine 46

Actualités

Je veux qu’on m’aide à vivre, pas à mourir !

Ce témoignage est extrait du "Blogschizo" de Lana, tombée malade à l’âge de 17 ans et aujourd'hui stabilisée. Elle réagit vivement à propos de "l'aide à mourir" pour les patients souffrant de schizophrénie.

J'ai lu un article complètement misérabiliste sur la schizophrénie. Un enfer, une maladie qui fait peur, des histoires terrifiantes, des gens enfermés à l'hôpital sans espoir, une maladie incurable et sans traitement. Résultat, des commentaires sur facebook demandent pourquoi l'aide à mourir ne s'applique pas aux schizophrènes.

Même quand j'étais suicidaire, et je l'ai été longtemps, je ne voulais pas d'aide à mourir. Je voulais une aide à vivre.

Je voulais mourir parce que j'étais seule avec cette maladie. Ce n'est pas mon histoire qui était terrifiante, c'était le symptômes que je vivais seule. Les crises, oui, c'était l'enfer, mais ma vie ne se résumait pas aux crises. Ma pensée ne se résumait pas au délire. Le délire, ce n'est pas non plus la part du rêve, comme le fait croire cet article. On n'est pas juste des êtres délirants, bons à être enfermés, sans traitement possible, et qui à l'occasion versons de l'eau bouillante dans l'oreille d'une voisine.

Notre vie est aussi précieuse que celle des autres.

Ecrire des articles de ce type, sous couvert de bienveillance, ça pousse juste les gens à nous voir encore comme les rebuts de l'humanité, qu'on devrait euthanasier par charité. C'est nous dénier toute possibilité de rémission, de rétablissement, c'est enlever toute valeur à notre vie. Et en passant, notre vie n'a pas moins de valeur quand on est en crise. J'ai entendu l'autre jour dans un film une éducatrice parler d'usagers en psychiatrie qui venaient dans un café thérapeutique dire "ils redeviennent de vraies personnes". Comme si à un moment ou un autre, on avait arrêté d'être des personnes.

C'était d'une violence incroyable mais personne n'avait l'air de s'en rendre compte. C'est un peu trop facile de rejeter un groupe de personnes, de les discriminer, de le stigmatiser, de mal les soigner et de dire : "Oh les pauvres, aidons-les à mourir".

Commençons par inclure les personnes schizophrènes dans la société, par respecter leurs droits, par écouter leur parole, par leur offrir des soins de qualité. Ca me paraît beaucoup plus urgent que de parler d'aide à mourir. L'urgence, c'est d'aider à vivre, et notamment les 10% de schizophrènes qui n'ont besoin de l'aide de personne pour se suicider.


< Troubles du langage et des apprentissages. Repères pour l'accompagnement et les soins
Le regret d'être mère >
Je veux qu’on m’aide à vivre, pas à mourir !

Rechercher une actualité

Partager cette page