MNH ACTUS 15 OCT

Actualités

Evaluer l'hortithérapie en psychiatrie

Sous le nom poétique de « Jardin des mélisses », l’hortithérapie a été initié en 2015 au sein du pôle psychiatrie du CHU de Saint-Étienne : 200 m2 de jardin potager et fleuri sont aujourd’hui réservés à de petits groupes de 6 patients, qui, accompagnés de deux infirmiers et sur indication du psychiatre, bêchent, sèment, plantent… Cette nouvelle médiation vise à réduire l’angoisse et le stress générés par l’hospitalisation. De nombreuses études ont montré des effets positifs plus ou moins importants (notamment dans la douleur, l’addiction, la dépression…) (1). Cependant, la plupart d’entre elles présentent des faiblesses méthodologiques : absence de groupe contrôle, non randomisées, peu de patients, critère d’évaluation discutable. De plus elles n’ont pas évalué des patients angoissés hospitalisés en psychiatrie. C’est donc l’objet du Programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale (PHRIP) qui va être conduit par une équipe soignante jusqu’au 2e semestre 2019, étape du rapport final. Il s’agit de réaliser une étude randomisée, contrôlée, dont l’objectif est d’évaluer l’effet de l’hortithérapie sur l’anxiété des patients admis en psychiatrie adulte pour une durée d’au moins quatre semaines (toutes pathologies). Cette étude portera sur 190 patients inclus dans deux groupes :
– le groupe hortithérapie, où ils bénéficieront, en plus de la prise en charge classique, de 2 séances d’hortithérapie/semaines de 1 h 30 pendant 4 semaines ;
– le groupe témoin, pris en charge de façon habituelle.
L’anxiété sera évaluée via l’échelle Hospital anxiety and depression (2), qui consiste en un bref hétéroquestionnaire (2 à 6 min). Cet outil, très sensible aux changements, facile d’utilisation, permet de suivre l’évolution de la symptomatologie au cours du temps ou lors d’un traitement. Par ailleurs, les effets de l’hortithérapie sur l’alliance thérapeutique et la persistance de ses effets à 8 semaines (soit 4 semaines après l’arrêt des séances de jardinage) seront évalués.
1– Annerstedt, M, Währborg P. (2011). Nature-assisted therapy : Systematic review of controlled and observational studies. Scandinavian journal of public health, 1403494810396400
2– Mykletun A, Stordal E, & Dahl AA (2001). Hospital Anxiety and Depression (HAD) scale : factor structure, item analyses and internal consistency in a large population. The British journal of psychiatry, 179, 540-544.


< Pratiques avancées, on y va !
Transmettre pour assurer l'avenir >
Evaluer l'hortithérapie en psychiatrie

Rechercher une actualité

Partager cette page