9br cgos aout 2019

Actualités

Environ 125 000 femmes adultes « mutilées » vivent en France

Aujourd’hui dans le monde, 200 millions de femmes ont subi une forme de mutilation génitale féminine (MGF). Si ces pratiques sont historiquement plus répandues sur le continent africain, on les observe aujourd’hui dans d’autres régions du monde, dont les pays européens d’immigration. Ainsi, en France, au milieu des années 2000, une première mesure indirecte estimait qu’environ 60 000 femmes adultes avaient subi une forme de MGF. L’objectif de cet article est d’actualiser cette estimation à partir des dernières enquêtes disponibles et en intégrant des risques observés en contexte migratoire pour les femmes nées en France de parents originaires de « pays à risque » (les « deuxièmes générations »). En appliquant la méthode d’extrapolation, nous estimons qu’au début des années 2010, environ 125 000 femmes adultes « mutilées » vivaient en France. Cette augmentation en l’espace de 10 ans s’explique à la fois par la féminisation de la population migrante et par le vieillissement des « deuxièmes générations ». Cependant, les limites inhérentes à ces méthodes indirectes et qui induisent des biais d’estimation devraient conduire à la mise en place d’outils de collecte permettant une mesure directe et régulière de cette pratique dans les contextes migratoires.

Estimation du nombre de femmes adultes ayant subi une mutilation génitale féminine vivant en France Marie Lesclingand1 (marie.lesclingand@univ-cotedazur.fr), Armelle Andro2, Théo Lombart3 - Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 21 - juillet 2019

1 Université Côte d’Azur, CNRS, IRD, Urmis, France
2 Institut de démographie de l’Université Paris 1 (IDUP, Paris 1), Paris, France
3 Aix-Marseille Université (AMU, France)


< La psychiatrie, toujours la plus touchée par les violences à l'hôpital
Laïcité : "le besoin de formation reste énorme" >
Environ 125 000 femmes adultes « mutilées » vivent en France

Rechercher une actualité

Partager cette page