dsm noel

Actualités

Appel à communications : « Le corps en-jeu et en images : de quoi souffre-t-on ? »

Le collège des psychologues de l'établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise a le plaisir de vous annoncer l'organisation d'une journée d'étude sur l'évolution de la santé mentale dans la société actuelle. Cet événement aura lieu le 3 octobre 2019 dans le centre culturel de notre établissement, sur le site de Saint André, 1 rue de Lommelet. Il a pour objectif la mise en lien et le partage des pratiques et des réflexions des professionnels de l'établissement toutes professions confondues. Nous aurons également la possibilité d'enrichir nos réflexions à la lumière des interventions de spécialistes de la thématique.

Une première journée avait été organisée en novembre 2016 sur le thème "Du malaise dans la civilisation au bien-être contemporain". Vous en trouverez les interventions sur ce site internet.

Thème de la Journée d’étude 2019 : « Le corps en-jeu et en images : de quoi souffre-t-on ? »

L’idée de cette seconde journée d'étude est de poursuivre les recherches entamées lors du dernier colloque en 2016, et d'approfondir les sujets qui font l'actualité de notre champ professionnel. La question du corps et de ses représentations, nous parait particulièrement refléter les problématiques de nos modes de vie. Ce corps point de jonction entre organisme et psychisme ; aussi bien source de débats religieux, que d’enjeux économiques.  Il fait nouage entre le social et le politique, au travers des époques.

L’'usage du corps a évolué ; il s’expose et s'impose, le corps est en-jeu et en image. Il semble omniprésent. L’imaginaire, le spéculaire restent les registres privilégiés par lesquels il est possible d’approcher le corps. Les corps n’en finissent pas de se sculpter, de s’exhiber, de s’afficher, et d’être l’objet de différentes formes d’inscriptions.

En effet, l’individu semble vouloir réduire son être à son image en tentant de la faire se conformer à des représentations idéalisées, normées, ou au contraire en en faisant l'indice unique d'une quête d'originalité dans un carcan référentiel. 

A cette dimension nouvelle répondrait un arsenal de solutions : les objets de consommation tels que la mode, la cosmétique, la pharmaceutique. De nouveaux métiers émergent, tels que le conseil en image, les influenceurs …  De nouveaux programmes et applications abondent sur nos écrans pour nous aider à parfaire notre image. L’extension de la pratique des tatouages, de la chirurgie esthétique, ne font-ils pas de notre corps un objet parmi d’autres ?

L'individu semble partager, avec la science et l'appui des bio-technologies, le fantasme d'un corps sans limites ; qu'il pourrait modifier, augmenter, perfectionner, réparer, voire rendre immortel ou au minimum sans failles. Les avancées de la science prennent-elles en compte la dimension psychique inconsciente du sujet ?

Le mouvement transhumaniste nous berce dans l'idée que nous pourrions posséder et contrôler pleinement ce corps, et pourtant il n'a de cesse de nous échapper.

Si nous avons un corps, nous ne sommes pas pour autant ce corps.  Nul instinct nous indique quoi en faire, ni vers quel but il nous mène, contrairement à ce qui se passe dans le règne animal.

Le déni de grossesse, l’hospitalisme, les troubles alimentaires, les diverses formes de somatisation à titre d’exemples, peuvent témoigner que le corps s’inscrit dans une relation tissée avec l'autre.

Le langage fait de l'organisme un corps, bien au-delà d’un déterminisme biologique, ou de capacités neurocognitives. C’est dans cet espace entre corps et organisme que se loge notre liberté de sujet désirant.

Un corps de chair, érotisé, sublimé, mis à mal, un corps qui, par son usage toujours particulier, singularise le sujet.

Alors comment s’ajuster à ces corps nouveaux ? Comment accueillir, dans la clinique, ces corps qui s’agitent, s’abîment, se mutilent, se subliment, s’expriment ? Comment accueillir et soutenir le sujet quand son corps fait solution? De nos jours, l’expérience corporelle semble de plus en plus mobilisée pour véhiculer ce que la psyché seule est dans l’incapacité de traduire. Le corps s’appréhende cependant à partir de ce qu’en dit le patient ; il appartient à un être qui parle et il se dévoile dans ses rapports au langage.

Nous espérons que cet argumentaire pourra faire écho à vos pratiques, réflexions et rencontres.

Modalités de participation

Pour que chacun puisse participer de la manière la plus libre et la plus adaptée possible nous vous proposons plusieurs formes de réponses concernant cet appel à communications :  

  • Une communication orale de 20 minutes 

  • La réalisation d'une vidéo ou tout autre support contribuant à une réflexion sur le thème

  • Animation d'un stand pendant les pauses

  • ou toute autre intervention que pourrait vous inspirer la thématique (atelier, lecture théâtrale, une représentation issue CATTP, …etc).

Si vous êtes intéressés pour vous investir dans la réalisation de cette journée, nous vous demandons de compléter le formulaire à télécharger et de nous l'acheminer avant le 4 mars 2019 à l'adresse suivante : nicolas.joly@epsm-al.fr

Pour être autorisé à communiquer, il est nécessaire de s’inscrire à l’aide du formulaire (selon le modèle ci-après). Cet appel à communications sera soumis au comité d’organisation pour acceptation. Le comité refusera les communications ne relevant pas du sujet de la journée d’étude. Pour plus d'informations, vous pouvez nous contacter par mail Mr Joly (nicolas.joly@epsm-al.fr)

Comité d'organisation : Me Chamard Arielle, Me Dejter Sandra, Me Devos Lucie, Me Dujardin Claire, Me Guilmot Myriam, Mr Joly Nicolas, Me Lapiere Brigitte, Mr Pacaud François, Mr Schaeffer Josselin, Me Trassaert Magali. Responsable communication : Me Piontek Maud.

Lire l'article en PDF Télécharger l'article complet en PDF


< Cécile Duchêne Malissin, à voir jusqu'au 5 janvier
Le grand prix des potagers pour l'EPSM agglomération Lilloise >
Appel à communications : « Le corps en-jeu et en images : de quoi souffre-t-on ? »

Rechercher une actualité

Partager cette page